AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RP, chez les Templius feat Eden.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: RP, chez les Templius feat Eden.   Dim 3 Juin - 15:46


[...] Nos coeurs ne reflètent la même horreur.







● Peur et docilité.
C'est tout ce à quoi la jeune femme songea lorsque ses gambes finement sculptées se redressèrent, portant tout le poids de sa délicates silhouette élancée. Les cinq sacrements venaient enfin d'être prononcés, l'horloge venant à peine de s'amorcée, prévenant au passage la population que l'heure de la prière -et des cinq sacrements- venait enfin de sonner. Puis la Nef fut soudainement remplis à craquer, alors que l'homme le plus important de tout le temple fessait son apparition aux devant de la salle, commençant la rengaine habituelle.

1- Ne jamais manquer de respect au Vovh.
2- Croire et servir le Vovh comme étant le descendant de Dieu.
3- Respecter les contaminés comme des êtres suprêmes.
4- Faire des offrandes quotidiennes.
5- Aider les contaminés dans le besoin.

Ces paroles, Rachel les connaissaient par coeur. Sur le bous des doigts, même. Suffisamment pour laisser son esprit vagabonder quelque peu pendant ce qui s'apparentait à une prière collective. Ou un rappel à l'ordre, selon les points de vues. Il faut dire que pas moins d'une petite dizaine de sacrifices avaient étés menés à bien durant ces derniers jours. Et loin de Rachel l'idée de ne guère apprécier les sacrifices, non, simplement que cette nouvelle habitude devenait bien trop régulière à ses yeux. Et ce n'est point peu dire, cela fessait des saisons que la jeune femme n'avait pas connue de tel périodes sanglantes. Mais quand ce n'était pas les sacrifices qui en était la cause, c'était un de ces putain de contaminé qui fessait des siennes, juste pour le plaisir. Et bien évidemment, les faits restaient, au fond, les même.

...

Son esprits, confus et quelque peu baladeur, se pausa enfin sur une cible plus ou moins intéressante. Les années. Ou plutôt : des années. Oui, cela fessait bien des années que son frêle squelette, dénué de toute âme à proprement dite lucide, séjournait entre ces quatre murs de couleur unis comme dépourvus de jovialité. Voilà ce qu'il manquais réellement à ce si vaste terrain mort : de la jovialité. Pourtant, ce ne fut pas le nombre d'êtres présents chaque jours qui se montrait minime, non, c'était par ailleurs plutôt l'inverse. Seulement voilà, une population mêlant simplement monstres horrifiants et suceur de chair, aux pires psychopathes et détraqués mentaux de l'univers, en son sein ; ne pouvait amener paix et gaieté. Loin de là.

Les gambes endolories, et la stature mal assurée, la jeune demoiselle répondant au doux prénom qu'était Rachel, fit soudainement marche arrière. Et alors que la plupart des croyants pratiquants suivaient le flue humain menant vers le labyrinthe ou encore la grande cours, la brunette bifurqua sur la gauche, empruntant un petit nombre de dédales, avec la ferme intention de rejoindre sa chambre à coucher. Chambre qui, en réalité, se trouvait dans l'une des allées les moins pénétrés. Et qui, par conséquent, se trouvait être fort peu animé, surtout quand le nombre de portes -un bonne quinzaine, voir beaucoup plus- ne se voyaient que très peu ouvertes. Et ce n'est pas peu dire. Sur la bonne quinzaine de chambres, toutes alignées les unes aux côtés des autres, seules deux étaient utilisées. Deux. Sur une quinzaine. Deux, du moins c'est ce que pensais Rachel. En réalité, n'allez pas croire que mademoiselle ai vraiment de bon tuyau, ou des preuves en béton à vous avancer, non ; simplement quelques bruits et lueurs pour sa défense. Comme ses soirées où, après une bonne heure fortement tardive passée à l'autel des prières, de la lumière était -aussi chichement voyante soit-elle- visible, filtrant pas l’embrasure de la porte jouxtant la sienne. Et il lui fallait bien avouer que malgré ses nombreuses années passées au Temple, la jeune femme n'avait jamais sus l’identité de son voisin de palier. Ce fut par ailleurs un peu pour cela qu'elle mettait un point d'honneur à ne pas faire de bruit sur son passage, lorsque le couloir familier menant à sa chambre, était en vu.

Et ce fut d'un geste pareil à un tic mal oublié, que Rachel releva l'une après l'autre ses frêles gambettes jusqu'à ses paumes, entreprenant d’enlever soigneusement ses sandales à hauts talons. S'enfonçant par la suite sur la pointe des pieds, dans le dédale enfermer dans un étau d'obscurité et ravagé par une température très peu élevée. C'est fou comment les hauts gradés peuvent s'en foutre pleins les poches ! . Et en cela, la demoiselle ne fessait pas tout à fait fausse route ...

Ses pied, touchant à peine les tapis posés au sol, Rachel arpentât le couloir de long en large, s’attardant quelque peu sur les nombreuses tapisseries couvrant le sol. Ces dernière absorbant abondamment le bruit qu'aurait dû émettre son pat aussi peu rapide soit-ils. Alors, et seulement alors, sa paume gauche se referma prestement sur la poignée de sa chambre, la fessant coulisser vers le bas, de façon à ouvrir cette dernière.

...

n°004302 ▬ cas instable, décès rapide.
[Dernière note - Mardi, 03 Mai,
Rachel JEBRA BENVIVIER]

Après plus de trois semaines suite à la première injection, le cas numéro 004302 à belle et bien périt, peut après une crise extrêmement prononcée de plus de trois heures. Nouvel essais rejeté et par conséquent nouvel essais pleinement raté de la part des scientifiques de classe supérieure. Il semblerais qu'une dégénérescence des gènes suite à un refus total du corps inconnu, ai amorcé la mort précipitée du cobaye. La prochaine tentative risque fort de ne pas être mise à exécution avant un bon laps de temps.

Le cas remontait donc à plus d'une semaine auparavant. Cas échoué. Ramenant alors la quasi totalité des chercheurs à leur point de départ. Bien évidemment, avant de décéder, le cas numéro 004302, avait magnifiquement réussi son coup. Emmenant treize individus dans sa mort. Nombre asses conséquent de mort, comptant en son bord deux scientifiques, cinq jeunots et une secrétaire qui, visiblement, ne se trouvait pas au bon endroit au bon moment. Les cinq autres êtres, visiblement décapités, n'étaient autre que des 'vigiles' aillant essayés vainement de contrôler le patient. Ils leurs fallut plus de deux heures, pour calmer le jeu. DEUX HEURES. Alors qu'ils était en plus grand nombre (douze), et que la mort du cobaye était autorisé ... Rachel, aillant du mal à faire le vide de toutes les données, se rallongea sur sa couche, essayant de tirer le meilleure de toute cette affaire.
Et autant dire que cela était chose impossible.

...

Refermant délicatement l'ouvrage qu'elle tenait entre ses mains, la jeune demoiselle se remis debout, allant reposer le bouquin sur le petit bureau qui fessait l'angle de la chambre. Encore trempée de la tête aux pieds, suite à sa douche largement méritée -d'après elle-, Rachel entrepris alors de se sécher avant de sortir de sa petite penderie, une tenue accordée avant de l'enfilée soigneusement. Une fois tout cela fait, elle décida donc de s'attaquer à sa longue chevelure couleur rouille, avant de maquillé quelque peu son visage, chaussant une petite pair de bottine asses haute au passage. Puis, passant le bâtant en bois de la porte, Rachel s’éloignât de sa propre chambre à couché, non sans prendre un gilet à la volée.

Ce fut donc d'une humeur infiniment irritable (et irritante), la tête embuée de pensées illogiques, qu'elle arpentais les nombreux dédales ne prenant guère soins d'être silencieuse dans sa lancée. Alors que certains partisans des Tempius hochèrent respectueusement de l'échine devant elle -salutations auxquelles elle répondit, bien évidement-, certains ne se donnèrent aucun mal à lui montrer leur bienveillance à son égard, se complaisant à l'ignorée royalement. Il fallait bien avouer que certaines personnes pouvaient ne pas être asses ouvertes, pour accepter la science en leur sein. Surtout quand cette science dort parmi les vôtres, et qu'elle est à 'semi-contaminée'. Voilà l'image que la jeune femme avait en ce bas monde. L'image d'une femme forte et froide, scientifique de renom et dotée d'une sacrée richesse, non sans oublié le fait qu'elle sois elle aussi une contaminée à par entière. Contaminée passive, certes, mais contaminée tout de même. Et cela, Rachel avait us beau ne pas le crier sur tout les toits, la cambrure de son buste, la finesse de ses dents naturellement aiguisées, l'aura violacée dans ses iris ou encore la forme légèrement trop allongée de son crâne ; la trahissais que trop bien. Asses pour qu'une bonne partie de la population s'animant dans cette petite ruche qu'était le temple, ne la respecte à sa juste valeur. Allant peut-être jusqu'à la redoutée pour certains. Mais qu'importe l'avis des autres, seul le sien comptait réellement, n'est-ce-pas ?

Après un peu plus de dix minutes de marche fulgurante, Rachel atteignit enfin son endroit préférée. L'autel des prières. Quel lieu exquis et calme, alors que la plupart des partisans de Tempius doivent très surement dormir à point fermé ... Alors, la jeune Rachel s'approcha du belle autel n’appelant qu'elle, liant ses mains, puis ses doigts, entres eux ; elle ferma soudainement les yeux. Plus sereine que jamais. Priant cette homme si puissante en ces lieux. Le Vovh.

« Si je dois y rester, tu m'accompagnera. Sale con. Murmurât-elle, sans l'ombre d'un remord. »

Esquissant un large sourire carnassier, la jeune femme à la tignasse rousse resta dans cette même position encore quelques instants. Ne prétend point l'oreille aux bruits de pat derrière elle. Et encore moins à ses canines, plus aiguisées que n'importe quel coutelas, mise à nue et à la vue de tous. Tel était sa véritable façon de pensée. Son véritable être. La réelle Rachel. Et la plus redoutable, aussi, surement.

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »



Dernière édition par DOME+ le Dim 3 Juin - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: RP, chez les Templius feat Eden.   Dim 3 Juin - 15:46

Désolée pour l'attente, ED'. .__.

[...] Mais nos mains sont liées par le même lien.





● Peur et docilité.
Esquissant un large sourire carnassier, la jeune femme à la tignasse rousse resta dans cette même position encore quelques instants. Ne prétend point l'oreille aux bruits de pat derrière elle. Et encore moins à ses canines, plus aiguisées que n'importe quel coutelas, mise à nue et à la vue de tous. Tel était sa véritable façon de pensée. Son véritable être. La réelle Rachel. Et la plus redoutable, aussi, surement.
« Si je dois y rester, tu m'accompagnera. Sale con. Murmurât-elle, sans l'ombre d'un remord. »
...
● Animosité et détresse.
C'est tout ce à quoi la jeune femme songea lorsque ses gambes finement sculptées se redressèrent, portant tout le poids de sa délicates silhouette élancée ...
« Bonsoir... C'est rare, les noctambules, ici... Les autres ont trop peur pour se promener de nuit dans le temple. Comment allez-vous, Rachel ? Si c'est bien votre nom... Répondit alors une voie dans son dos. »

Ces quelques mots, aussi sereinement prononcés fut-ils, eurent l'effet d'un electro-choque sur la jeune rouquine. Et c'est non sans réprimer un de ces frissons d'angoisse, vous prenant l'échine, que la jolie demoiselle quelque peu maladroite, se remis aussi bien que ce faire ce peu, sur ses deux frêles jambettes. Alors fasse à son tout nouvel interlocuteur, ses irises s'écarquillèrent inlassablement, preuve de sa surprise pur.

Un homme. Ou plutôt jeune homme, certes. Mais être dont les yeux, aussi rougeoyant qu'une plaquette sanguine à peine prélevée de sa victime, reflétait un soucieux mélange d'intelligence et d'un certain sens plutôt prononcé pour la malice. Ce fut très surement à cet instant précis qu'un léger raclement de dent échappât à la jeune femme, alors que son regarde, aussi inquisiteur qu'à l'accoutumé, s’entêtait à descendre plus bas. Toujours plus bas.

Alors, comme cela, la jeune femme avait 'cette chance' ? Ses iris mordorées continuaient leur chemin, allant de temps à autre se perdre sur de quelconque détails. Comme cette peau infiniment blanche, aux allures douces et fragiles, presque féminines ; ou encore à ses cernes prononcées, longeant ces deux pupilles aussi indomptables que celle de Rachel. Un albinos, à n'en pas douter. Seulement voilà, les albinos au sein du Temple, cela ne déambulait guère à tout les coins de couloirs. Et pourtant, il ne fallait pas être Scientifique pour reconnaître la vérité ou elle était.
« En effet, de plus, guère avoir de la compagnie en cette soirée si mal annoncée. Par ailleurs, cela est belle est bien mon prénom, et je me porte admirablement bien, même si j'ai connue des jours meilleurs. Puis-je savoir à qui ais-je l'honneur ? Vos traits finement esquissés ne me disent rien ... Répliquât-elle, sur un ton que l'on aurait put jugé d'amical. Made in Rachel, bien évidemment. »

Mal annoncée. En cela, Rachel n'avais pas tout à fait tord. Et alors que les fines lèvres se refermèrent, prouvant ainsi que son aussi long discourt soit-il, touchait belle et bien à sa fin ; les lourd nuages gris commencèrent doucereusement à relâcher leur paquetage pour le moins glacial. Quelques gouttelettes venant, par moment, lacérer la peau douce mise à nue. Rachel aurait, en temps normal, très surement redescendu son regard vers ses petite bottines rehaussées de leur talons bien trop long et fins, se demandant si il était bien intelligent de vouloir bouger ; quitte à se manger une magnifique gamelle suite à aux petites flaques jonchant le sol, ou devait-elle rester là. Impuissante devant ces bourrades de vent ravageuses, et cette pluie si gelée. Là, devant ce regard rougeâtre, duquel, bien évidemment, elle ne put détacher le regard. Le siens. Mordoré et si vide de toute avidité envers la vie. Et l'amoure, aussi, peut-être bien ... Ne serait pour pauser ce dernier sur ses chevilles chaudement protégées par ses chaussures extravagantes.

« Je ne pensais pas être si réputée, par ici. Dites moi comment, et pourquoi, un homme tel que vous ; ait put être si minutieusement informé sur une jeune femme telle que moi. Hum ? »

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

RP, chez les Templius feat Eden.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le Samsung Galaxy SIII 4G offert chez Bouygues Telecom
» Nokia Lumia 820 offert chez Bouygues Telecom avec Eden Smartphone
» Eden, le paradis selon Bouygues Telecom
» soldes chez free !!
» Abonnement gratuit chez Free
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: DC-01-
Sauter vers: