AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ça sent le roussi [Niall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Ça sent le roussi [Niall]   Jeu 28 Juin - 22:20

    « - Tu perds rien pour attendre, connard. »

    En langage Niallien très énervé, connard veut dire Keith. Sourcils froncés, yeux fixés sur la copie, Niall grattait furieusement le papier avec son stylo. Changement de place oblige, il avait dû retirer ses gants et faire une petite prière pour que la table soit propre. Pour les matières spécialisées, le plus jeune – de deux minutes un truc dans le genre – ne pouvait rien faire mais pour les matières générales, il pouvait remonter la moyenne de son frère. Enfin de rien d'exceptionnel. Juste lui faire passer de un point ou deux, la moyenne justement. Il s'arrêta d'écrire et se retint de taper sur la table. Tout ça, parce que Monsieur préférait aller glander je-ne-sais-où.

    La sonnerie retentit enfin. Niall rangea prestement ses affaires au cas où le professeur serait plus malin que les autres élèves. Le rouquin se précipita sans un mot hors de la salle, la mâchoire crispée. Comme à son habitude, il fit attention de ne frôler personne, de ne toucher aucun objet et dans le couloir, le jeune homme chercha du regard sa copie conforme.

    Lorsqu'il allait lui mettre la main dessus, ça allait chauffer.

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Jeu 28 Juin - 23:23


“ Tu perds rien pour attendre, connard. ”
__________________________________________________________________
    « - ARGHTCHOUM ! Tiens ? On pense à moi, on dirait ... »
Non adepte de la délicatesse, il passa une main sous son nez en guise de mouchoir, histoire de s'essuyer après l'éternuement d'ours qu'il venait de lâcher. L'élégance ne faisait pas partie de son mode de vie, tant et si bien qu'on l'avait déjà traité "d'homme des cavernes", chose qu'il n'avait pas prise au second degré. Néanmoins, personne ne l'avait vu alors, il s'en contrefichait. Allongé tranquillement dans l'herbe, Keith paressait alors qu'il avait cédé sa place à Niall, son jumeau. Il avait réussi à convaincre ce dernier d'aller passer des examens à sa place, sa seule chance d'avoir un niveau convenable. Si Keith se débrouillait pour le reste, il laissait tout ce qui était intellectuel à son frangin. Lui, la paperasse, rien que de voir des lettres d'encres imprimées sur une feuille, ça lui donnait déjà mal à la tête.

Après s'être assoupie pendant un moment, il finit par se réveiller, fatigué de ne rien faire. D'après lui, les examens étaient terminés et la sonnerie appuya son avis. Les mains dans les poches et l'allure mesurée, il bougea sa carcasse de muscles en direction des salles de classe. Pour l'heure, sa seule préoccupation était de trouver une touffe rousse qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. Après, il aviserait. Le pisteur qu'il était ne tarda pas à retrouver son frangin. Comme s'il était attiré par un aimant, Keith traversa la foule comme un rugby-man au beau milieu d'un match qui tente le tout pour le tout pour marquer. Il bousculait sur son chemin et s'en foutait. Tout ce qu'il voulait, c'était atteindre le but.

Et le but fut. Une main tripotant les cheveux de son cadet -d'il ne sait plus combien de temps, peut-être trois minutes, hein-, il s'arma de son sourire triomphant pour lancer :
    « - Alors, mon cerveau s'en est sorti ? Tu t'es bien démerdé, j'espère ? »



_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»



Dernière édition par * TH0RIE V. le Dim 8 Juil - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Sam 30 Juin - 20:47

    En sentant une main s'abattre sur sa tête, sa première réaction fut un grognement ressemblant à un gneumeugneu très classe. Sans hurler, pour ne pas attirer l'attention, il chassa la main – sans aucun doute sale - de son frère mais son air bougon en disait long. Où t'étais hein ?. Chauffer ? Finalement, non, une autre approche lui procurerait davantage de satisfaction. D'une poche, Niall extirpa une lingette et c'est en se nettoyant les mains que le plus 'jeune' répondit d'une voix grave.

    « - Chan eil fhios agam... »1

    Un soupir las ponctua la phrase. Comédie que tout cela mais que Keith marine ! Les résultats parleraient d'eux mêmes. Et lorsque ces derniers tomberaient, il demanderait à son frère de passer les évaluations de sport à sa place. Ses yeux pétillèrent de malice puis un clignement d'yeux rapide changea son expression. Des gants en cuir noir furent rapidement passés puis de la poche de sa veste sortit une enveloppe blanche. Le recto était vierge alors que sur le verso, un sticker en forme de cœur rouge s'assurait que le contenu ne puisse pas s'échapper. Il tendit fièrement la missive à son frère, curieux de voir aussi sa réaction.

    « - C'est pour toi ! Y a une fille qui me l'a filé ce matin puis elle a détalé comme si elle avait le feu aux fesses. »

    Par chance pour l'inconnue, Niall n'avait pas encore ôté ses gants à ce moment-là. Dans le cas inverse, le jeune homme aurait fui les mains dans les poches. Pas très glorieux, ni très gentil. Mais bon, il ne toucherait pas à n'importe quoi même pour le transmettre à son frangin. Pivotant sur un pied, le rouquin se glissa à côté de Keith. Quasiment épaule contre épaule, yeux baissés sur la note, il avait envie de savoir ce que la demoiselle avait bien pu écrire.

    ______________

    1. Je ne sais pas...

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Sam 30 Juin - 21:04


“ Imagine un mec qui écrit une lettre d'amour, sérieux. C'est un truc de nana ça. ”
__________________________________________________________________
Keith fut obligé de remballer sa main dans sa poche de pantalon. Il sentait que Niall allait lui passer un savon pour le coup. Mais, il avait l'habitude et à présent, il en riait à pleine dent, comme à une bonne blague. Cependant, la réponse de Niall le laissa perplexe et eu pour effet d'atténuer son sourire. A la place, Keith fronça les sourcils pour manifester son incompréhension. Il n'avait pas eu droit à ses multiples reproches, à son surnom de "connard" habituel mais affectueux et pour finir, il avait simplement droit à une réponse qui le laissait dans le doute. Délaissant sa fierté de coq, le grand roux fut pousser par l'envie de la jouer à la manière mère-poule. Le regard posé sur la lingette que son double se passait sur les mains, il demanda calmement :
    « - Tu nous couves quelque chose, toi ? »
Pour que le cerveau du duo ne sache pas si il était parvenu à réussir son examen, c'est qu'un truc clochait, d'après Keith. Il n'avait sans doute pas assez dormi. A moins que ce ne soit la bouffe qui lui manque. Keith se retiendrait de picorer dans son plateau si besoin est. Néanmoins, l'inquiétude céda sa place à la bonne humeur quand Niall lui tendit une enveloppe blanche qu'il décrit comme étant pour lui. S'en saisissant, Keith l'observa un moment comme un objet douteux et finit par sourire en frottant la tête de son frère.
    « - Hé, mon bichon ! J'savais que tu aimais ton grand-frère mais pas besoin de jouer les nanas pour me l'dire, hein ! Sacré gosse, va ! En plus, utiliser le coup de la lettre d'amour, t'as passé l'âge, haha ! »
Se retirant, Keith ouvrit l'enveloppe. Mais attention, il n'était pas du genre à faire les choses en passant par quatre chemins. L'enveloppe avait été ouverte à la va vite, si bien que le cœur avait été à moitié déchiré. Extirpant le mot de son enveloppe, un parfum printanier artificiel vint lui chatouiller les narines. Et bien, Niall n'avait pas fait les choses à moitié. Se disant cela, Keith commença à lire le contenu de cette fameuse lettre.
    “ Cher Keith,
    Sache que depuis un moment, je t'observe et je ne peux m'empêcher de penser à toi. Tu es devenu indispensable pour moi, si bien qu'à chaque coin de l'école, je te cherche, espérant te trouver là où tu n'es pas. Je crois bien que je suis amoureuse de toi. S'il te plait, trouve moi.

    Je t'aime,
    ton admiratrice secrète. ”
Pendant un moment, Keith se figea sur place en prenant son air de merlan fris à la poêle. Il se tourna lentement vers Niall, espérant obtenir une explication.
    « - Merde, t'es pas sérieux quand même ... Attend ! Elle nous a peut-être confondu, hein ! Ouais, c'est surement ça, haha ! »
Une main sur le visage, il tentait de dissimuler sa gêne par un rire maladroit. La crainte, recevoir un truc aussi gnangnan, à coup sur que Niall allait se foutre de sa gueule.


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»



Dernière édition par * TH0RIE V. le Dim 8 Juil - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 8 Juil - 12:52

Tempura !


De bonne humeur. Pour une fois, Akito était de bonne humeur. Il avait bien dormir et sa matinée avait été plus que calme, si l'on omettait le gamin pleurnichard qui s'était fait mal au genoux. Oui, une matinée tranquille en somme et l'envie de manger des Tempuras dont il avait préparé la pâte la veille. Aux crevettes en plus, ses préférées. Un bon bol de riz parfumé au citron pour les accompagner. Voila ce qui faisait plaisir à l'homme. Bien manger, c'est le début du bonheur, c'était même le milieu et la fin. La bouffe quelque chose de sacré chez lui. L'avantage majeur était également qu'il n'avait pas à se mêler aux morveux débiles pendant le repas. Un sacré privilège sur lequel il ne reviendrait jamais. Voir des cons de jeunes manger comme des porcs, ou des nanas ne rien manger pour ne pas gagner trop de grammes.. Plutôt crever que d'assister à toute cette effervescence dans un brouhaha incessant mêlé à une odeur de sueur et de nourriture infecte.

Et pour l'instant, Akito se hâtait juste à déposer un dossier dans la salle des profs. C'était plus proche que les salles administratives et un glandu d'enseignant allait bien finir par s'en rendre compte et faire le coursier à sa place. Toujours en faire le moins pour en faire plus pour soi même, c'était une de ses devises. Une fois le dossier posé - ou plutôt jeté sur la table principale de la porte d'entrée de la salle - Akito revint sur ses pas, passant devant deux têtes rousses. Quelques pas plus tard, l'infirmier se stoppa, avant de faire les quelques pas nécessaire en arrière pour arriver à leur hauteur.

Les jumeaux ! Ils les avaient vu quand il avait feuilleté les dossiers des élèves, surtout pour trouver ceux avec des allergies débiles ou des petits secrets médicaux honteux. Voir à quel point ils se ressemblaient avait fait sourire l'adulte, qui pensait d'ailleurs qu'ils ne s'étaient pas emmerdés à donner deux photos différentes. Akito les regarde donc avec insistance, chacun leur tour, les dévisageant presque.

« Oh putain ! »

Rien de bien philosophique en somme. Ils se ressemblaient vraiment. Assez perturbant en somme. Et profitant de la surprise qu'il venait d'engendrer, Akito se saisit d'un bout de papier tenu dans la main d'un des deux roux. Lui, se gêner ? Mais non. Le papier fut rapidement lu, et avec lui, un sourire naquit sur le visage du Japonais.

« Alors les clones, on profite de sa ressemblance pour se faire la même nana ? »


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 8 Juil - 14:08

    Kot kot kot, il couvait sa vengeance mais il n'allait pas le crier sur les toits. De toute façon, le roux n°2 était bien plus intéressé par la réaction de son jumeau au sujet de la lettre. Réaction dont il se serait bien passé au final. La tête rentrée dans les épaules, il grinça des dents avant de révéler son indignation.

    « - Non mais est-ce que j'ai une gueule à t'écrire une lettre d'amour ? Autant que je me regarde dans une glace tous les matins et que je me dise : Je t'aime ! »

    Sauf que ce serait glauque selon lui. De plus n'ayant pas reçu à la naissance une énorme dose de narcissisme, Niall était incapable de faire une telle chose. L'image de son frère apparaîtrait automatiquement dans son cerveau et rien que de penser à l'association des mots et de l'autre rouquin, la nausée le guettait. Ça ne devait pas être le cas de l'auteure de la lettre. Passant un de ses bras autour des épaules de son frère, il agita l'air pour éloigner l'odeur du parfum avant d'écarquiller les yeux. Une admiratrice secrète. Une fille totalement obsédée par son existence ! Il pouffa de rire, une main sur le ventre en imaginant une rencontre entre mademoiselle X et Keith. Un soupir mit fin à ses rires. Son bras se retira. Mains, paumes face à son frangin, il fit mine de repousser quelque chose dans sa direction.

    « - Mais j'en veux pas moi. C'est toi, le sportif tombeur. Assume ! Mister Indispensable, ouhouh ~ »

    Et il aurait pu continuer longtemps comme ça avec ses 'ouhouh' et se dandiner comme un cocotier secoué par des vents de force 8, si une personne n'était pas apparue auprès d'eux. Ses yeux cherchèrent ceux de son double. Le regard de l'homme était pour le moins inquisiteur. Niall haussa un sourcil perplexe. Hey Keith, on a quelque chose sur la gueule ? Puis c'est qui lui, déjà ? Vu sa tenue, un gradé sans aucun doute. À l'exclamation, il regarda à nouveau son double. Il a jamais vu de jumeaux?. Mais ce n'était pas le sujet et à l'interrogation, une grimace se forma sur son visage.

    « - Beurk, sûrement pas ! Pas besoin de partager ça ! »

    Ils avaient partagé et partageaient encore – mais un peu moins – des choses mais ça... Se taper la même fille, idée bizarre.

    « - Et pourquoi pas un prix de groupe tant qu'on y est.. »

    Deux pour le prix d'un. Mais pas avec eux. Après Keith faisait ce qu'il voulait, comme il voulait. Enfin pas trop, ils avaient tout de même une tronche identique.

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 8 Juil - 15:19


“ Mister Indispensable, ouhouh ~ ”
__________________________________________________________________
Dans le mille ! Niall n'avait pas loupé cette occasion de se foutre de lui. Son rire et la façon qu'il avait utilisé pour parler du problème en témoignaient. Le voilà officiellement surnommé Keith, le sportif tombeur & Mister Indispensable. Pitié, faites que ce soit une erreur, que cette fille, dont les neurones n'avaient pas un instant imaginé l'impact qu'une telle lettre aurait sur son existence, se soit trompée de destinataire. Il s'agissait là d'une bombe qui lui explosait en plein visage et qui aurait des conséquences à longs termes. Se frottant la tête comme s'il tentait de faire mousser son shampoing, il porta son attention sur Niall qui semblait s'être calmé et se tourna ensuite en direction d'un homme qui les fixaient depuis un bon moment déjà. La manière qu'il avait de les dévisager, lui et son frère, l'irrita à tel point qu'il ne put se contenter de parler silencieusement d'un simple regard avec son frangin.
    « - Tu veux notre photo, peut-être ? Se tournant vers Niall, il déclara, les sourcils froncés : - J'sais pas c'qu'il nous veut, ce clown. »
Alors qu'il sentait le papier lui glisser entre les doigts, Keith lâcha un long "Hey !" à l'intention de l'homme qui avait fait irruption dans leur conversation. Le rouquin se contrefichait de savoir qu'il soit un gradé ou non, d'après lui, ce type devait se mêler de ce qui le regarde. Et puis, il ne lui inspirait rien de bon, si bien que Keith croisa les bras, inquiet, et attendit que l'inconnu termine sa lecture. Alors que sa voix retentit comme un son désagréable à l'oreille du rouquin, ce dernier grimaça, tout comme son frère qui ouvrit la bouche le premier. Puis, une fois qu'il eut terminé de prendre la parole, Keith l'a prit à son tour, les poings serrés et armé de son langage de charretier.
    « - De quoi on s'mêle ? Allez voir dans votre salle de cours si j'y suis ! P'tin, il manquait plus que ça. Déjà que Niall va m'emmerder avec ça, faut qu'un gradé se la ramène. »
Un soupir ayant traversé ses lèvres, Keith mit ses mains dans ses poches et ferma les yeux, le temps de se calmer. C'était quoi cette histoire ? Comme s'il avait besoin de ce genre de soucis à régler, il n'avait pas que ça à faire. Son temps libre, il préférait le passer à ne rien foutre plutôt que de courir à droite à gauche pour retrouver une minette en chaleur. Merde ! Se pinçant l'arête du nez entre le pouce et l'index, il fut tellement énervé par cette affaire qu'il en vint à jurer de manière à ce que personne ne le comprenne, hors mis Niall.
    « - Mallacht Dé ! 1 »
Puis, il ouvrit les yeux et se tourna vers son jumeau. Il sembla réfléchir un moment à une idée, qu'il finit par émettre enfin à l'oral.
    « - Tu veux pas prendre ma place comme pour l'examen, mon poussin ? J'te remplacerais pour les test sportifs si tu veux. »
Keith était bien décidé à lui refiler la besogne. Les bisous, les petits mots doux et tout ces petits trucs gnangnan, c'était pas son rayon et d'après lui, Niall convenait parfaitement au rôle du gentil petit ami. Quoi que, cette idée eut pour effet de brûler l'estomac du grand gaillard qu'était Keith. Jalousie Mode : ON. Finalement, il n'était peut-être pas encore près à céder son frère à quelqu'un. Planté à côté de celui-ci, il le fixait, l'air soucieux.


Note : 1 "Malédiction Divine" en gaélique. Équivalent de "Nom d'un chien".

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»



Dernière édition par * TH0RIE V. le Dim 8 Juil - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 8 Juil - 17:35

Action


Une chose était certaine, il allait bien pouvoir s'amuser avec les deux ados clonés. Ouais, ça leur allait bien comme surnom et ils allaient s'en voir affublé sans même pouvoir donner leur avis. Et l'autre chose amusante, c'était la réaction des deux clones... Il savait bien qu'il allait les énerver et les faire chier. C'était le but après tout. Ce qui était vraiment sympa avec les ados, c'était qu'on pouvait à coup sûr deviner comment ils allaient réagir face à une situation donnée. Et étant donné la posture d'un des clones roux, il allait surenchérir et ne pas se laisser faire. L'autre, plus timide dans sa manière de se présenter, allait surement s'écraser face à son frangin. Ouais, quelque chose dans le genre en tout cas.

« De quoi on s'mêle ? Allez voir dans votre salle de cours si j'y suis ! P'tin, il manquait plus que ça. Déjà que Niall va m'emmerder avec ça, faut qu'un gradé se la ramène. »

Celui qui l'intéressait pour le moment ? Le dominant du groupe. Le plus facile à manipuler en somme. Parce qu'Akito était de la même trempe, il savait exactement comment faire pour l'énerver encore plus..Ou pour le calmer d'ailleurs.

« Calme toi p'tite tête, y'a du lait qui va te sortir du nez. »

Une de ses insultes préférée. Faire comprendre aux ados qu'ils n'étaient que des bébés encore pleurnichards qui ne demandaient qu'à retourner dans les jupes de leurs mères. Autant dire qu'ils n'appréciaient pas, en général. Akito appuya même ses paroles en tapotant la tête rousse de la grande gueule. Histoire de le faire plonger encore plus en enfance.

Les mains dans les poches, l'infirmier laissa Clone 1 s'adresser à Clone 2. Putain, en plus ils avaient ce genre de relation étrange. Il n'en avait jamais eu avec sa sœur jumelle, mais c'était surement parce qu'elle était tarée.

« Bah oui poussin, emmerde toi pendant que Clone 1 n'en a rien à battre des conséquences, c'est tellement mieux. »

Une main dans la poche pour en sortir un paquet de cigarettes. Quelques secondes plus tard, voila qu'il tirait la première taffe.



_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 8 Juil - 19:15

    Pendant que Keith s'excitait, il resta en retrait comme à son habitude. Il avait toujours trouvé que son frère s'agitait pour deux, alors pourquoi en rajouter une couche ? Reprenant la lettre, il essaya de se rappeler, en vain, du visage de l'adolescente. Avec l'uniforme, elles se ressemblaient toutes. Le juron ne le tira pas de sa réflexion mais par contre aux paroles de l'homme, Niall roula des yeux. Ça revenait à balancer de l'huile sur le feu. Et il avait beau adoré son frangin, l'entendre beugler juste à côté de lui n'était définitivement pas son truc.

    Alors qu'il pliait avec soin la lettre, prêt à la déchirer en petits morceaux afin de la mettre ni vu ni connu à la poubelle, ses mains s'arrêtèrent dans leur élan. Le papier tomba à terre. Une lueur agacée fusa dans ses prunelles. Dans la phrase, il y avait un mot de trop. Mais ce seul mot pouvait le mettre de très mauvaise humeur. Une de ses mains se leva, se plaqua contre une joue de son frère et poussa ce dernier contre la vitre, appuyant son visage contre le verre.

    « - Poussin de mes fesses ! Et vous, je vous permets pas de m'appeler comme ça ! Mais merde, jamais j'irai me farcir une adolescente en mal de testostérone ! En plus, on sait même pas où elles ont traîné ! »

    Plutôt se taper une sale note en sport. D'autant plus que Keith qui l'avait empêché d'avoir une amoureuse en maternelle, qui avait regardé d'un œil mauvais ses camarades féminines au collège, qui n'aimait pas le laisser seul discuter avec une fille, paraissait totalement à côté de ses pompes. Le choc de la lettre, nah, impossible.

    « - Amaideach !1 Depuis quand tu me pousses vers une fille, hein ? »

    Un ''Tsch'' lui échappa. Sa main se retira et il ouvrit la fenêtre avant d'attraper le poignet du gradé et tirer vers cette dernière, tout en lui lançant un 'Vous permettez'.

    « - Entre le parfum du printemps dégoulinant d'amour et la clope, sérieux... »



    1. Idiot

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 8 Juil - 19:17


“ Pourquoi je pousse mon poussin à s'envoler de ses propres ailes ? Puisque qu'un poussin, ça ne vole pas. ”
__________________________________________________________________
Le besoin de se défouler devenait de plus en plus grand. Si seulement il trainait par ici un pauvre type en manque d'action, il serait servi avec Keith. Les poings serrés à s'en faire éclater les veines, il avait envie de cogner quelque chose ou quelqu'un, au choix. En particulier ce gradé complètement fumé qui sortait de nul part pour s'incruster et lui mener la vie dure. Du lait qui lui sortirait du nez ? S'il n'était pas gradé, son nez à lui n'aurait pas dégouliné de lait mais bien de sang. Et, s'il savait éperdument que Niall était un poil plus malin que lui, Keith n'aimait pas que quelqu'un d'autre lui fasse remarquer en l'appelant "P'tite tête" ou qu'on le prenne pour un demeuré en lui tapotant la tête. Niall avait droit à ce traitement spécial mais c'était différent. Avec lui, c'est un geste affectueux. Après avoir cogité sur ce fait, Keith fut surpris de se retrouver le visage aplati comme une crêpe contre la vitre.

Niall était en rogne et pas qu'un peu. Heureusement pour Keith, si son crâne était de loin le plus vide, il n'en restait pas moins dur. Il se remit donc vite de son soudain plaquage contre le verre qui s'avérait quelque peu inconfortable. Jusqu'à présent, Keith s'était montré tendre mais là, changement de programme. Il se retira de sa place, qu'il aurait cédé volontiers à n'importe qui, afin d'attraper son portrait craché par le col de la chemise. Il l’agrippa fermement et se plaça sur le côté droit de son frère pour avoir le privilège de contempler son visage qui semblait être son propre reflet. Il prit sa voix autoritaire de grand-frère et s'adressa à son cadet :
    « - Sale môme ! Depuis quand tu réponds comme ça à ton grand-frère, hein ? Et depuis quand tu m'éclates la face contre une vitre ? Allez, laisse tomber cette histoire, j'm'en fou. »
Au diable cette histoire de fille ! Il n'allait pas laisser son frangin faire le boulot à sa place puisqu'il laissait tomber. A quoi bon s'emmerder quand tout peut-être bien plus simple ? Relâchant sa prise, il se frotta les mains et laissa son jeune prisonnier se remettre de ses émotions. Pour sur que Keith allait se voir affubler du surnom de "connard" et qu'il aurait droit à une ribambelle habituelle d'injures délicates mais pour l'instant, il se tourna vers le bonhomme à l'haleine de tabac. Le rouquin s'en approcha pour lui faire face, mains dans les poches. Une fois qu'il se trouvait bien face de son interlocuteur, il lui demanda, sur un ton tout aussi moqueur que son large sourire :
    « - T'es intéressé par l'offre, le vieux ? Enfin, si tu veux pas finir en taule ou te faire virer, vaudrait mieux qu'tu te fasses pas piquer, hein. »
Il n'avait peut-être pas beaucoup de neurones, mais à la place, Keith était doté d'une grande gueule. Sa langue, il ne l'avait pas dans sa poche, loin de là. L'opinion que l'inconnu aurait de lui par la suite lui passait bien au-dessus du brushing, si bien qu'il n'allait pas se gêner pour lui parler comme bon lui semble. Bien sur, il y avait les retenues, les sanctions et tout mais, dans le feu de l'action, il ne se souciait pas du danger. Seul objectif, vider un peu ses nerfs et il comptait se défouler contre cet intoxiqué de la clope.


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Jeu 12 Juil - 23:43

Réaction


Regarder les deux gosses s'engueuler était un véritable plaisir pour Akito. Et pour lui, le plaisir s'accompagnait souvent d'une bonne cigarette. Une espèce de coutume que son cerveau avait du assimiler depuis une bonne dizaine d'année maintenant. Un peu comme les chiens qui bavaient au son de la cloche, Akito semblait avoir ce besoin d'aller la cigarette à un moment qui l'enchantait... Ou qu'il n'aimait pas aussi. A y repenser, toutes les excuses étaient bonne pour en griller une, au grand dam de Yaruki, qui n'avait jamais beaucoup apprécié l'addiction de son petit ami pour cette drogue, si douce soit elle.

Les mains dans les poches, maintenant qu'il avait lancé sa merde, Akito attendait juste, observant les deux adolescents avec un sourire en coin, clope au bec. C'était bien plus que divertissant de les voir se disputer à propos d'une femelle qu'aucun d'entre eux ne voulaient. Dans un sens, ils grimpaient dans l'estime de l'infirmier sans même le savoir. Mais quand il eut le malheur de sortir sa main, pour venir chercher une bouffée de pétrole et d'autres substances nocives, l'un de des gosses l'entraina vers la fenêtre pour qu'il lâche sa cigarette. La pression étant, l'infirmier n'eut pas le choix de céder. Une fois de nouveau libre, il hocha les épaules pour venir en rallumer une autre. Il n'était pas à sa près.

« Du calme les clones. » Le briquet sur la pointe de la nouvelle clope, et une bouffée plus tard, il recommençait. Son regard se posa alors sur le plus nerveux des deux, qui venait de lui proposer de se charger de la fille. Ouais, non, faire chier à dragouiller un mec ça passait encore, mais une conne de femelle pisseuse. Jamais.
« Par l'offre ? Laquelle ? » Un grand sourire sur le visage, Akito s'approcha du plus jeune des vieux, lui caressant lentement, très lentement la joue. « Tu parles d'un plan avec Clone 2 ? Ouais. Ça m'botte bien. »

Ou comment les faire chier en titillant leur virilité.


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Jeu 12 Juil - 23:54

    « - Non mais t'as fini de jouer au vieux ?! Connard ! »

    Tellement prévisible. Pas question de plier devant son frangin poule autoritaire. Heureusement, ils ne s'éternisèrent pas sur le sujet. Personnellement, il en chiait des couleuvres avec les cours, c'était pas pour subir une présence féminine. Et puis du calme ? On lui avait rien demandé à l'autre. C'était clairement ce que son coup d'oeil noir suggérait. Peuvent pas s'occuper de leurs affaires ? Tu regardes et tu la boucles. L'air contrarié, le rouquin arrangea correctement son col pendant que sa copie discutait avec le gradé. Une discussion qui le passionnait à un point.. A un point. Ça servait à quoi d'essayer de filer une nana, qu'ils ne connaissaient pas, à un type, qu'il ne connaissait même pas non plus d'ailleurs.

    Aux interrogations, son visage se redressa. La proposition venant de Keith, il imaginait déjà une réplique salée. Le genre qui aurait passé l'envie à son frère de parler sans réfléchir. Erreur de jugement.

    Quand la main passa sur sa joue, tout le reste disparut. Il n'y avait plus que cette sensation. Une boule d'angoisse grossissait à chaque minute. Tétanisé par l'acte, les lèvres tremblant légèrement, Niall repoussa, d'un coup, violemment l'homme. Une lingette. Mais c'était pour les mains. Pas grave. La peau, c'est la peau. Il lui fallait une putain de lingette. Tout de suite et maintenant. Fébrilement, il en chercha une dans ses poches. Merde. Merde. MERDE. Le rouquin finit par en trouver, l'ouvrit et se frictionna la joue avec.

    «Ilalamainpropreilalamainpropreilalamainpropreilalamainpropreilalamainpropre. »

    On se calme. Et on respire. Si seulement c'était aussi simple. Personne avait idée du nombre de microbes qui circulaient avec les mains. Rien que d'y penser, il allait s'évanouir. Sa main sur son torse, il ferma les yeux. Avant de les braquer sur l'homme.

    « - Clone 2, il vous emmerde ! »

    Pas avec sa conviction habituelle mais bon, il était pas en état.

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Jeu 12 Juil - 23:55


“ - C'est qui, ce connard ? - On m'appelle Monsieuuur Connaaard ! AAAAAH ” cf. Pumba
__________________________________________________________________
Laissant son frère geindre comme une oie et radoter son éternelle rengaine, Keith se gratta l'arrière de la tête. Depuis tout à l'heure, le gradé ne cessait de se moquer d'eux. Et, encore à présent, il jouait à celui qui n'avait pas compris un traitre mot des paroles du rouquin. Ce dernier se mit à gronder comme un chien protégeant sa gamelle. Mais, le pire, c'est quand il s'autorisa à toucher son frangin sur la joue. Désormais, ce qui l'inquiétait était le bien-être psychologique de Niall. Ce dernier semblait frôler la crise d'hystérie, perdu dans sa quête d'une lingette. Keith vint se placer devant lui et face au gradé.
    « - Laisse mon poussin en dehors de ça, tu veux ? C'est quoi ce plan foireux ? Va t'chier ! »
Lui voler son frère ? Pas question. Et puis, comme s'il allait le laisser entre les mains d'un homme ! Plutôt lécher les bottes de ce cher directeur que faire ça. Niall, il y tient comme à la prunelle de ses yeux alors hors de question de ne pas veiller à ses fréquentations. Emballé dans sa jalousie, Keith s'empressa de pincer la joue de son cadet avant de le serrer contre lui, un bras autour du cou. Il allait lui montrer à cet enquiquineur de première qu'on ne touchait pas à sa "moitié" aussi facilement. Se frottant ainsi à Niall, il ressemblait davantage à un animal qui tentait de marquer son territoire qu'à un frère attentionné et doté d'une certaine humanité. Enfin, ce n'est pas comme s'il n'avait pas l'habitude de se faire surnommer "l'homme des cavernes" dans ces moments où son instinct primitif prenait le dessus. Une fois qu'il eut fini de se frotter contre Niall, Keith se pavana devant le gradé, fière comme un coq.
    « - Héhé, t'as vu ça, j'suis le seul à pouvoir le coller ou le toucher, donc t'avise pas de recommencer ! »
Pour achever sa démonstration en beauté, il donna une petite claque sur les fesses de son double. Autant en profiter un peu aussi.
    « - Pas vrai, poussin ? »
Maintenant, il ne restait plus qu'à Keith à avoir de bons réflexes pour éviter une potentielle gifle ou tout autre coup vengeur.


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Ven 13 Juil - 11:52

Bec de banane est terrifié ?


Selon lui - et son avis tellement objectif quand il s'agissait de parler de sa propre personne - Akito méritait bien de se foutre un peu des gosses quand il le désirait. De ce que sa formation lui avait apprise avant de venir sur l'île, c'était qu'il devait se faire respecter et faire comprendre aux morveux qu'ils devaient obéir. La différence avec ceux de la seconde île était qu'ils n'étaient pas encore entièrement formés. Certains venaient juste d'arriver et n'avaient jamais connu une ambiance militaire avant cela. Mais son statut de gradé lui conférait des pouvoirs. Comme celui de punir des récalcitrants à l'obéissance en leur faisant tailler les haies du labyrinthe avec des ciseaux à bout ronds. Oui, ça c'était une idée plutôt bonne.

Croisant calmement les bras, Akito regarda Clone 2 s'affairer comme un malade. Il était du genre à pas aimer le contact ? Tant mieux alors, surtout avec un esprit de sale gosse comme celui de l'infirmier. Voir une lingette sortir d'une des poches de l'adolescent lui fit tout de même hausser un sourcil. Ouais, bon, fallait pas non plus pousser mémé dans les hibiscus.

« Clone 2, il vous emmerde ! »
« J'crois que t'as oublié le centigramme de peau qui pourrait de faire chopper le sida Clone 2. »

Histoire de se foutre un peu de son comportement. Akito était infirmier tout de même, et l'hygiène des mains, il connaissait. Il passait certainement plus de temps à les laver correctement - par pur réflexe professionnel - que tous les gosses réunis de cet île. Il n'avait pas la lèpre ni la gale.

« Laisse mon poussin en dehors de ça, tu veux ? C'est quoi ce plan foireux ? Va t'chier ! »

L'expression toujours aussi devenue complètement neutre, Akito laissa les clones faire entre eux. Les voir si proche le perturbait dans un sens, car il n'était jamais parvenu à tisser ce genre de lien avec sa propre sœur. Tout ça, l'amour fraternel, c'était des conneries pour lui. Si amour il y avait, elle devait se finir dans un lit et à poil. Donc elle n'était pas compatible avec une personne de sa famille. Peut être qu'ils étaient ce genre de jumeaux.. Les tellement proche qu'ils couchaient ensemble. Le geste de rapprochement de Clone 1 pour Clone 2 allait clairement dans ce sens en tout cas. L'infirmier grimaça, ne voulant pas s'imaginer des scènes.. Trop tard. Ouais non, deux roux en plus.

« Héhé, t'as vu ça, j'suis le seul à pouvoir le coller ou le toucher, donc t'avise pas de recommencer ! »
« C'est pas si grave, j'ai plus qu'à prendre mon caméscope pour filmer mon premier porno incestueux. » Un coup sur la cigarette. « Vous avez un sérieux problème les Clones... »

Et pas la peine d'attendre davantage pour commencer à partir. Une cadence normale. Après tout, il n'avait plus de raison de rester. Même un connard avait ses limites. Celle d'Akito était de constater que des jumeaux pouvaient avoir ce genre de relation.. Ouais, dégueulasse, à en vomir.


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Sam 14 Juil - 22:53

    Le meilleur moyen d'en rajouter une couche, c'est de balancer une maladie. Et pris dans le piège des réactions irrationnelles, le rouquin tomba dans le panneau. Une main posée sur le torse entrain de serrer le tissu, Niall resta immobile. Respiration saccadée. Pensées partant dans tous les sens. Ses paupières se baissèrent. Son visage se pencha. Non mais il savait comment cette putain de maladie s'attrapait. On respire. On se calme. On essaie. Parce que dans la série plan foireux, son frère se tenait là aussi. Encore en état de choc, il ne réagit pas immédiatement au geste de Keith. Et quand il en fut capable, sa main gauche le démangeait. Franchement, y avait pas de quoi fanfaronner.

    Puis il y eut le geste de trop. Le roux recula hésitant entre foutre un coup de pied aux fesses de son jumeau ou se barrer. À la place, le jeune homme opta pour un coup de coude dans les côtes.

    « - Y en a un autre qui ne devrait pas s'aviser de recommencer ! »

    Mais une espèce de surenchère semblait s'être opérée. Rien qu'à son expression mortifiée, on pouvait comprendre que les paroles du gradé lui donnaient la nausée. En le voyant partir comme si de rien était après avoir balancé une telle horreur, la colère l'envahissait. D'un pas rapide, il se dirigea vers la silhouette de l'homme, la dépassa et se planta devant lui. Non mais sérieusement, ce mec avait un vrai problème.

    « - Un porno incestueux ? Mais c'est vous qui avez un sacré problème pour imaginer un truc aussi dégueulasse ! »

    Aucun autre mot ne lui vint à l'esprit. Certaines personnes pour avoir de telles idées méritaient d'être enfermées, non, brûlées. Pour sortir une telle chose, Niall ne voulait même pas songer, à un seul instant, aux penchants du gradé. Y a que des obsédés qui pouvaient concevoir quelque chose d'aussi... d'aussi... répugnant !

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 15 Juil - 1:29

Feu d'artifice !


Il en tenait une bonne là. C'était sur, il allait téléphoner à Yaruki ce soir pour lui raconter. En exagérant un peu. Certainement que le Japonais allait raconter à son copain que les jumeaux avaient acquiescé quand il avait parlé d'une relation un peu malsaine. Ou bien qu'ils n'avaient pas dit non, laissant planer le doute. Voila, un coup sur sa cigarette et Akito s'éloignait des clones le sourire aux lèvres, la tête légèrement inclinée vers le plafond.

« Un porno incestueux ? Mais c'est vous qui avez un sacré problème pour imaginer un truc aussi dégueulasse ! »

Une masse vint lui bloquer la route et par réflexe, Akito s'arrêta net. Il baissa la tête et le regard pour apercevoir l'un des clones. Merde, c'était lequel déjà ? Un moment de réflexion et ça devait être le plus mou des deux. A sa manière de répondre. Parce que pour les habits, c'était difficile de les différencier. Quelle idée d'ordonner de porter le même uniforme à des jumeaux ! Non, mais lui avait ses gants de vieux parano du microbe, c'était forcément Clone 2.

« Un problème parce que je parle d'un truc qui choque ton petit cœur ? » Il haussa les épaules, tirant sur sa cigarette à moitié consumée. « Vaut mieux ça que de créer l'ennui. »

Ouais, c'était toujours mieux que d'ennuyer les autres. Passer pour le gros porc dégeulasse de service avait beaucoup plus de chance de marquer les esprits similaires des clones qu'un mec qui passerait dans le couloir sans leur parler.. Ou qui n'aurait rien de particulier à dire. Être remarqué - et parfois à n'importe quel prix - c'était quelque chose de primordial dans la vie de l'infirmier. L'être plus que son copain aussi. Rivalité de merde, quand tu nous tiens.

Et donc, il fallait marquer davantage le jeune garçon. Surtout Clone 2 et sa peur des microbes. Akito leva son index comme pour lui indiquer d'attendre - la curiosité devrait suffire à le faire patienter - le Japonais fouilla dans l'une des poches pour en sortir un bout de papier froissé et plié grossièrement. Dessus ? Juste le nom d'un médicament qu'il devait faire commander pour éviter de tomber en rupture. Mais le contenu n'était pas le plus important. L'infirmier profita du moment où Clone 2 baissa la tête et se saisir du mot pour passer sa main de livre derrière sa nuque. L'autre une fois libérée, il lui releva la tête en appuyant sur le menton... Et posa ses lèvres sur les siennes. Rien de plus, juste une seconde, voir deux. Avant de se détacher et de rire aux éclats. Si l'autre avait frôlé la crise cardiaque rien qu'au contact de sa main sur sa joue, il allait maintenant se pisser dessus, en plein dans le couloir.

Et Akito le laissa là, s'en allant à nouveau. Clone 1 allait certainement tenter de le frapper par derrière, alors son oreille guettait un éventuel bruit de pas hâtif. Il n'était pas masochiste non plus.


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Dim 15 Juil - 22:57


“ Un jour [...] vous pourrez chasser cette bande de bécasses baveuses, bouchées et stupides tout votre content. ” Cf. Zazu
__________________________________________________________________
Apparemment, le régime alimentaire de l'île commençait à le rendre légèrement mou sur les bords. Jadis, il aurait esquivé ce coup de coude, quoi qu'il ait manqué tout simplement de réflexe pour cette fois. Il lui faudrait revoir son entrainement s'il ne voulait pas se transformer en lavette dénuée de vivacité. Mais, pour le moment, ses cotes souffrantes l’avaient obligé à étouffer un juron alors qu'il passait son bras machinalement à l'endroit frappé. Etrange réflexe qui donnait l’impression d’une personne essayant de maintenir ses cotes à leur place, ce qui n’était absolument pas utile. Comme les personnes qui crient « Aïe » des suites d’une piqûre dont elle n’avait même pas senti l’aiguille traverser leur peau. Quoi qu’il en soit, il fallait bien plus que ce simple coup pour mettre le rouquin KO. Il ne lui fallut que peu de secondes pour se redresser bien droit comme un piquet et pour évaluer la situation. Alors qu’il apercevait la silhouette du gradé, celle de Niall ne lui apparut pas immédiatement, ce qui provoqua chez lui un petit instant de panique. Quand Niall n’était plus à l’horizon, il ne pouvait pas garder un œil sur lui et ses fréquentations. Or, Keith ressentait le besoin de se mêler de la petite vie de son frangin en ajoutant son grain de sel à droite à gauche. Avec le temps, c’était devenu naturel, instinctif. Et puis, même si cela déplaisait à « son poussin », pas de problème, il n’était pas haï pour autant par ce dernier. Sinon, ce gosse ne viendrait pas vers lui docilement à certains moments donnés, souvenirs auxquels Keith esquissa un sourire satisfait.

Bref, pour l’instant, il devait préserver Niall de ce gradé et ses tendances légèrement dérangées, voire très louches. Même si la façon dont son jumeau avait accueilli la réflexion du gradé (‘‘Pour imaginer un truc aussi dégueulasse’’ avait-il dit) s’avérait peu valorisante pour Keith, il approuva d’un signe de tête les dire de son frère. Il existait vraiment des fous pour imaginer pareille situation. Lui et Niall, en train de se bicher et de se dorloter l’un l’autre comme des femmes. Mon Dieu, rien que d’imaginer ce genre de chose, il en avait la nausée. Il comprit même la réaction de son frère. Quelque peu dégouté par son imagination débordante d’images bizarres, il fut alors choqué par le spectacle qui l’attendait.

Niall … Non. Ce gosse pur et innocent qu’aucune lèvre n’avait souillé, que Keith s’était donné beaucoup de mal à préserver de CES choses malsaines et adultes. Voilà qu’un type débarquant de nulle part cassait tous ses efforts. Un cri de guerrier ayant subi une défaite rugit en lui. Il fut incapable de bouger en apercevant ce spectacle. Une simple phrase traversa ses lèvres.
    « - A Dhia1 … »
Alors que Keith fixait la silhouette de l’inconnu qui finit par disparaitre du couloir, il se remit de son état de choc et reprit ses esprits. Son poussin, il fallait accourir pour voir si sa santé mentale n’en avait pas pris un coup. D’un pas vif et bruyant, il se plaça devant son frère dont il attrapa fermement les épaules à pleine main et il se mit à lui parler comme à un enfant ayant subi le pire traumatisme de sa vie entière.
    « - Niall, Mon poussin ! Ça va ? Reste avec nous ! Tiens-le coup ! BICHON ! P’tin, c’t’enfoiré ! »
S’il en avait eu l’occasion, Keith aurait balancé sa chaussure sur la gueule de cet homme sans scrupule. Ce type n’avait pas imaginé les conséquences de ce b… bai… Rien que le mot lui brulait la langue. Dire que tous ses efforts tombaient en miettes. S’il avait été question d’une fille, il aurait fini par accepter mais un homme. Un gradé. LUI. Non, là, il ne s’en remettrait pas. Pire que s’il avait lui-même reçu ce baiser éclair.

Note : 1 Mon Dieu !

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Lun 16 Juil - 15:09

    Toute son attention fut happée par la dernière phrase. Si au départ, l'image balancée à leur figure tenait du désaxé pour lui, il eut le sentiment de danser dans la paume de la main de son interlocuteur. Une déplaisante sensation parcourait sa peau. Semblable à celle d'une araignée courant sur son bras nu.

    « - Vous devez être le genre de mec à prendre enfoiré comme un compliment. Peut-être même que vous aimez ça. »

    Ecoeuré, le roux s'apprêtait à partir lorsque l'homme leva son index. Le chemin de la curiosité menait à bien des conneries. Cependant Niall n'y pensait pas en prenant le papier. Mais cette réalisation le frappa de plein fouet à la main placée sur son menton et aux lèvres contre les siennes pendant une fraction de seconde. Trop secoué pour invectiver l'homme, son corps se figea. L'unique mouvement le distinguant d'une statut était le perceptible tremblement de ses lèvres. Et à pas de velours, avec son cortège d'hypothèses et de craintes infondées – comme si toutes les maladies du monde se chopait avec un contact aussi bref -, elle arrivait. L'angoisse.

    Doucement, l'angoisse se muait en peur. Cette même peur incontrôlable qui pouvait tétaniser une personne face à une marée humaine. Cette indicible envie de se replier sur soi, de fuir comme si le monde n'était qu'une masse hostile. La suite, il la connaissait. Il ne s'agissait que d'un cercle vicieux dont sa déraison et son corps étaient maîtres depuis 13 ans. Cela faisait bien longtemps qu'il ne comptait plus le nombre de fois où il avait fini dans cet état. Cela faisait bien longtemps qu'il n'en parlait plus à son frère. Il avait beau l'adorer, le plus jeune des deux était persuadé que Keith ne pourrait pas comprendre. Pour l'autre rouquin, le sexe de le personne comptait. Mais pour lui, homme ou femme, même combat. De plus, dans ces moments-là, tout l'irritait. Des mots bienveillants aux railleries. Avec le peu d'envie de communiquer lui restant, Niall réussit à beugler.

    « - Dún do bhéal ! »1

    Répondre que ça allait tenait du mensonge mal ficelé. Affirmer que ça n'allait pas revenait à souligner une évidence. Le rouquin resserra son étreinte sur lui-même. Les yeux fermés, sa respiration ne paraissait, petit à petit, plus naturelle. Sa petite voix intérieure lui susurrait ses chants angoissants habituels. Derrière chaque coup porté, sa conscience riait de sa faiblesse. Elle ne se manifestait peu, admettant sa défaite. D'une main tremblante, il attrapa le poignet de son frère. Sa prise se serrait et se relâchait en suivant le fil saccadé de sa respiration.

    Ordonner ses pensées lui demandait un temps fou. Il ne pouvait compter que sur la patience de son frère et prier pour que ce dernier ne l'ouvre pas au risque de déclencher un accès de colère.

    « - L'in... L'in.. l'infirmerie.. Ou.. mon.. casier.. »

    N'importe quel produit suffirait – même agir de façon totalement stupide et se passer la bouche à l'eau de javel. Ou même n'importe quel médicament semblable à ceux déjà pris. Le spécialiste qui l'avait suivi avant son arrivée avait jugé depuis longtemps que seuls, ces produits chimiques fonctionneraient. Il n'y a rien à faire avait rétorqué l'homme, sur un ton las. Puis d'un ton nettement plus enjoué, il avait listé quelques conduites d'évitement même si son jeune patient en avait déjà adopté certaines. En silence, assis sur sa chaise, le Niall enfant avait serré ses poings sur ses genoux. La solitude l'avait gagné une fois de plus mais en rentrant chez eux, il était resté indifférent. Comme si les mots avaient simplement rebondi sur lui. À ce souvenir, une puissante colère le tenailla. Il savait qu'on le pensait plus coulant que son frère. Moins de grands gestes, plus calme, plus discret. Les muscles impressionnaient bien plus qu'une tête. Tant mieux.

    Mais bon sang, qu'il détestait être ainsi. Qu'il se détestait d'être ainsi. C'était autant de perches tendues à Keith pour le traiter comme un gosse.

    1. Ta gueule !

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Lun 16 Juil - 19:34


“ N'oublie pas qui tu es. ” Cf. Mufasa
__________________________________________________________________
Il y a quelques secondes encore, Keith cherchait activement le moyen de faire payer à cet homme ce geste déplacé mais, dès l’instant où le rouquin comprit que sa pire crainte venait de se réaliser, il fut incapable de penser à toutes autres choses qu’à son frère. Cet instant, jamais il n’aurait pensé le voir arriver aussi vite. Même si avec le temps, il savait parfaitement que cela débarquait sans crier gare, Keith ne parvenait pas à s’habituer aux crises d’angoisse de son frère. L’état dans lequel se retrouvait Niall en ce moment même le confortait dans son jugement. Inutile de questionner son cadet avec la pire question qui soit dans les moments de souffrance ou de détresse comme celui-ci. " Ça va ? " Non, justement, ça n’allait pas. Sans être totalement contagieuse, cette crise en mettait un sacré coup aussi bien à sa victime, qu’à son entourage. Aussi fort et con qu’il puisse l’être à chaque instant, dans ces moments-là, Keith se sentait mal. Mal vis-à-vis de son frère. Il n’avait jamais su comment réagir et même à présent, il se sentait complètement con face à la situation et surtout, impuissant. Il se sentait comme un gosse témoin d’une dispute entre ses parents, incapable d’intervenir pour calmer l’orage qui grondait entre eux. Malheureusement, le temps n’y faisait rien et Keith ne savait toujours pas comment aider son frère dans ces moments d’angoisse profonde. Il avait mainte fois essayé de comprendre sa réaction mais sa capacité d’empathie ne lui permettait pas encore de la déchiffrer. Comme lorsqu’ils étaient plus jeunes, Keith se contentait de regarder sans savoir quoi faire. Il attendait patiemment des directives. Ce gaillard qui, d’habitude, ne se gênait pas pour réagir comme un imbécile et sans réfléchir, adoptait dans ces situations-là, l’attitude d’un type attentif et patient. Changement radical qui pouvait en surprendre plus d’un.

Alors que son regard était resté figé sur une tâche imaginaire de l’uniforme de son jumeau, Keith sursauta lorsqu’il entendit la voix de son frère lui souffler de se taire. Immobile, l’ainé se contenta d’obéir docilement. Cependant, il ne quitta pas des yeux son cadet qui respirait avec beaucoup de difficultés. Le visage exprimant toute son inquiétude, le rouquin sentit son côté protecteur le pousser à caresser la tête de Niall en lui soufflant des mots rassurants dans le but de calmer ce dernier. Pourtant, il avait peur d’aggraver la situation en agissant de la sorte, si bien qu’il réfréna son instinct et resta calmement aux côtés de son frère, contemplant son mal-être dans toute sa splendeur. Sa respiration saccadée, ses yeux clos échappant à la réalité et ses tremblements incessants, tous criaient à Keith de se secouer et d’agir. C’est pourquoi, la main tremblante qui vint agripper son poignet tendu par le stress fut semblable à un feu vert pour lui. D’après lui, il pouvait désormais agir, il était enfin temps.

Sans perdre une minute, il acquiesça aux paroles du plus jeune et ne prit pas le temps de réfléchir. Rapidement, il se rapprocha de son frère afin de l’agripper et le souleva pour le placer sur son épaule droit, tel un sac à patates. Niall était plus léger que lui mais il n’empêche qu’il était trop lourd pour être porté comme une princesse et de plus, cela lui éviterait un moment d’humiliation au beau milieu de leur nouveau lieu de vie. Sans se préoccuper des réactions de son frère, le plus musculeux démarra comme un bolide en direction de l’infirmerie. Il dit à son frère d’une voix rarement aussi posée et tendre :
    « - Tha mi duilich1, mais tu vas devoir supporter ça jusqu’à ce qu’on arrive, Niall. »
Même si dans le couloir, certains regardaient la scène d’un œil amusé, quasi moqueur, Keith ne s’en préoccupait pas. Il se foutait de ce que les gens pouvaient penser d’eux. Leur opinion lui importait peu. Sa priorité était son frère. Il devait s’occuper de lui comme il le pouvait. Il était sa seule famille, la seule personne en qui il avait confiance et qu’il avait de plus chère. Sur qu’il n’allait pas le laisser crever en plein milieu du couloir, perdu dans son angoisse et sa solitude. Quitte à passer pour le con de service ou le prince poil de carotte au secours de « sa princesse », Keith comptait bien s’occuper de son frère lui-même. Il ne se permettait pas d'oublier qu'il avait un rôle à tenir, rôle qu'il s'était lui-même attribué depuis toujours. Celui de l'ainé.

Note : 1 Je suis désolé.

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Jeu 19 Juil - 13:56

    Avec une docilité peu habituelle, son corps accepta d'être levé. Pourtant la posture ne se voulait pas dès plus engageante. Dans une autre occasion, le jeune homme aurait protesté avec virulence mais ses membres lui paraissaient hors de contrôle et l'intonation de Keith, plus que les mots, l'apaisait. Ses cheveux trempés par une fine sueur glacée se plaquaient contre ses tempes. Ses paupières restaient obstinément fermées. Bien loin de fuir la réalité, son esprit se focalisait sur l'abîme entrain de l'avaler. Pris au piège, Niall tenta d'ouvrir les yeux. Où se rendaient-ils ? Aurait-il été préférable de monter au dortoir ?

    A l'infirmerie, il faudrait parler, expliquer la raison de son état comme à son arrivée. Encore une fois, les mêmes choses seraient répétées. Ou alors il omettrait des détails sous prétexte que cela ne changerait rien. Dissimulation lui causant plus de mal que de bien pour tout point de vue extérieur. Il admettait et réfutait en même temps cet avis. Dès que sa maladie était mentionnée, le roux devenait une huître. Son mal être, ses angoisses, tout ce qui en découlait, ne se dévoilaient jamais. Les autres devaient continuer à le voir comme un type relativement paisible. Cette impression lui permettait de garder un certain équilibre.

    « - Keith.. »

    Un souffle. Sa gorge était sèche. Une de ses mains serra la veste de l'uniforme de son frère. Pas les gens. Je ne veux voir personne. Je veux être seul. Un tel caprice ne l'aiderait pas et le plus jeune ne le savait que trop bien. Limiter ses relations avec les autres ne collait ni au métier choisi, ni à la vie militaire. Sa mâchoire se crispa. S'ils allaient là où il le craignait, il n'aurait pas de traitement sans rendre visite au psychiatre. La prescription dormant dans ses papiers ne suffirait sans doute pas au personnel.

    « - Ça..va mieux.. »

    Piètre mensonge. Son souffle semblait encore trop court, encore trop forcé. Les tremblements ne disparaissaient pas. Résigné, il ferma les yeux. Un état stationnaire ne tromperait pas son jumeau. Ah s'il en avait eu le courage, il aurait balancé en riant : On a vu pire, hein Keith ? Pas maintenant, mais peut-être que plus tard, oui, ce genre de phrase lui échapperait.

_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
You know that, yeah ? ♥
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 20
Localisation : Dans un pot de crême glacé ♥

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   Jeu 19 Juil - 18:37


“ Le sportif tombeur & le poussin mal en point. Ça ferait un bon film. Et avec nos gueules, y aurait de l'audience. ”
__________________________________________________________________
Son pas ralentit lorsqu’il entendit son prénom dans un souffle épuisé et qui lui parut implorant. Portant toujours son frère sur l’épaule, le grand roux finit par s’immobiliser lorsqu’il sentit une main agripper sa veste. La respiration de Niall se faisait encore difficile. De plus, ce dernier semblait toujours tendu et crispé par l’angoisse. Étrangement, Keith eut l’impression d’entendre là une supplication muette de son jumeau. Celle de retourner dans leur chambre, là où il n’aurait pas besoin de voir qui que ce soit et où il pourrait se reposer tranquillement. Sa deuxième réplique vint appuyer l’idée de Keith qui se sentait à présent perdu. Il ignorait si l’emmener à l’infirmerie allait changer quelque chose.

Du plus loin qu’il s’en souvienne, chaque visite chez le médecin, le psychiatre ou tout autre toubib ne changeait pas la donne. Niall était toujours le même, effrayé par le simple fait que l’on puisse le toucher et lui refiler des microbes. A force de constater que les médicaments et toutes ces consultations ne résolvaient pas le problème, Keith en était venu à se dire que l’emmener entre ces quatre murs où il était forcé de répéter sans cesse la même rengaine était une perte de temps. De plus, le médecin faisait peu de chose pour le calmer si bien que Keith se déclarait capable d’en faire de même. C’est pourquoi, il prit le temps de peser le pour et le contre avant de prendre sa décision et d’en faire part à son frère.
    « - On laisse tomber l’infirmerie. J’t’emmène au calme et j’vais m’occuper d’toi. »
Et puis, aussi con que cela puisse paraitre, Keith avait un mauvais pressentiment vis-à-vis de l’infirmerie. Allez savoir pourquoi. Pour la première fois, il comptait gérer la situation, seul. De ne pas avoir sa mère pour prendre les choses en main à sa place lui donnait un semblant de force nouvelle. Cette fois-ci, il devrait lui-même parvenir à calmer son frère, ce qui n’était pas une mince affaire, même pour lui. Mais, son attitude optimiste le poussait à croire qu’il allait réussir. Pour lui, rien n’était impossible. Et puis, il s’agissait de son poussin alors, il saurait comment s’y prendre en temps voulu. Ayant retrouvé sa bonne humeur, il entreprit de faire demi-tour pour se diriger vers leur piaule. Cette dernière ressemblait parfois à une chambre d’adolescent désordonné grâce à la contribution de Niall qui ne rangeait rien. Heureusement que Maman Keith était là pour passer derrière lui sinon, il y aurait belle lurette qu’il aurait été impossible de poser un pied devant l’autre dans cette pièce. Ce dernier lâcha dans un soupir « Ah, ce gosse … » et continua sa route d’un pas ferme et sûr de lui.


_________________
«Fragile comme une fleur, pâle comme la neige.
Ô ma belle enfant, montre moi tes crocs !
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-vicky.forumperso.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ça sent le roussi [Niall]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ça sent le roussi [Niall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» NIALL HORAN ▬ LOUIS TOMLINSON ▬ SHANTEL VANSANTEN sur Be U Miami
» MissMarjo92 c'est moi ^^
» Salem => la seule sorcière dans le coin, c'est ta mère feat Niall Horan
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Experimental Project - 0 :: Keith Fleming-
Sauter vers: