AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EVENT (nouvel an)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: EVENT (nouvel an)   Mer 2 Jan - 22:50

Des jours. Des jours - pour ne pas dire semaines - que je n'entendais plus parler d'autre chose que de la fameuse fête déguisée au thème Disney & compagny qui devait se dérouler dans un manoir ultra-chic - ultra-branché et à laquelle personne ne pouvait se permettre d'être absentéiste. Alors, de mon petit mètre soixante, j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai fais preuve de bravoure pour une fois dans ma vie. Nan, je déconne. (on remballe les « ça m'étonnais aussi » merci) On m'a encore poussé à l'impossible. C'est que c'est serviable, des ami(e)s. Et notez bien le -e entre parenthèse, là, parce que, putain, qui a dit que le premier obis des meufs c'était de faire des emplettes, hein ? Non, non, messieurs. Leurs réel obis number one n'est autre que de se la faire à la miss univers. Genre que oui, et vas-y que je passe mon temps à me pouponner comme une rouleau d'peinture, putain. A gerber. Et là, vous vous dites que j'ai rien à blablater, que j'en suis une et que si je ne veux pas d'emmerde j'ferais mieux de me la clouer ? Bah, ouais, mais justement, j'me trouve plutôt bien placer pour la ramener justement ... Faut avouer, les trois vers de punsh et celui de champagne dansants la zumba avec mon sang échauffé avaient de quoi me rendre un poil pute et un poil vulgaire, aussi. Bah, j'ai beau être une douce colombe la majorité du temps, c'est qu'à force - et en aillant bien en tête que je ne tient absolument pas l'alcool - on a des envies de meurtres. Alors on se lâche. C'est asses marrant, en fait. Puis, qui pourrait lire dans mes pensées ? Pendant que je ne devient pas débauchée oralement aussi, la life roule.

En bref, après avoir enfilée ma tenue de déesse - ce qui ne se résumais qu'à un short supra court noir aussi doux que votre ourson favoris, un soutif tout aussi sombre rehaussé d'un tee-shirt où le nombre de troue et de zébrure est à mon avis imbattable, - j'avais entrepris dm'emmitoufler sous une sorte de gilet beaucoup trop long, aux couleurs de Luci(fer)ci où l'on discernait clairement son visage sur la capuche (notons ici les oreilles de chats rembourrées sur le dessus du tissu) que, pour ma part, je trouvais absolument charmant. Et c'est ainsi affublée, du haut de mes douze centimètres de talons mi-aiguilles, que je suis partie à l'aventure en payant bien grassement ce qui m'a servit de taxi. C'est qu'il devait se faire des couilles en or avec cette histoire de fête du nouvel an, eux. Une fois sur le gravier bien chieur du jardin qui servait d'entrée, j'avais eus extrême chance de rester coincée dehors à cause d'un machin rouge obèse obstruant l'entrée. C'est donc tout naturellement que j'eus le droit au magnifique théâtre d'une Jasmine dévergondée en rogne comme une bonne dizaine des participants occupés à greloter à l'extérieur. Que d’aventure, vous dis-je.

Après avoir acceptée mon lot de sucreries à l'entrée, j'avais finis par airer, la tronche de Lucifer sur la tête, les yeux peinturlurés comme une rockeuse, fixant toute énergumène me passant devant les yeux. C'est qu'il y en avait des bons à mater faut dire. Entre les travelos, les exhibitionnistes et le reste ; y-avait de quoi s'payer des barres. Certains avaient mis la pâté pour leurs costumes. Comme une jolie jeune femme que je reconnaissais alors comme Esméralda, franchement, chapeau. Chipant une sucette, de la taille de ma paume et accumulant asses de couleurs pour rendre malade, dans l'une des panières oubliées non loin de la fontaine à Dragibus - DAMN IT, je déteste ça - je finis par me perdre dans la contemplation de la déco et des nombreux crânes de cerfs cloués au mur. Enfin, ça, c'était avant l'entrée fracassante d'un balai roux.
« ▬ TAYAUUUUUUTE LES GEEEEEEEEEEENS ! MERIDA EST DANS LA PLACE »
Plissant les yeux à la fois d'horreur et de douleur, je ne retins guère un « Baissez la lumière, ça m'nique les yeux là ! » agacé.

_________________