AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un ciel qui n'appartient qu'à moi [Lionel].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 410
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Un ciel qui n'appartient qu'à moi [Lionel].   Lun 24 Mar - 12:35

Elyrian a écrit:
Et je vole dans ce ciel qui n’appartient qu’à moi.
Ou presque.
FEAT.  LIONEL A. LUTHER
Soupir. De bien être, de plénitude, de liberté. Les mains posées sur son balai, la poigne délicate témoignant de son habitude à manœuvrer tout en gérant un souaffle et en esquivant des cognards, Elyrian continuait de virevolter dans les airs, jouant avec la vitesse que pouvait lui procurer son moyen de transport, jouant autour des gradins et passant dans les cerceaux, exécutant des pirouettes aériennes pour le simple plaisir d’avoir la tête à l’envers. C’était bon, tout simplement. Le Quidditch elle avait toujours aimé ça, respectant la bonne majorité de ceux qui pratiquaient ce sport. C’était un moyen pour elle de s’évader et également de faire ses preuves. La demoiselle tenait à sa maison, tenait à lui rapporter des points, tenait à ce que l’on soit fier d’elle, aussi se donnait-elle à fond lors des entraînements et surtout lors des matchs. Pour faire honneur aux Poufsouffles, tout simplement. Et tant pis si dans l’équipe se trouvait son crétin d’ex, tant pis si elle se prenait un peu trop de cognards à son goût. Le Quidditch c’était son plaisir personnel : le seul moyen d’avoir enfin des ailes. Et malgré l’esprit d’équipe que cela impliquait, esprit dont elle ne manquait pas spécialement, elle avait toujours l’impression d’être seule. Et cette impression la comblait, la renforçait, lui donnait l’impression qu’elle pouvait toujours tout affronter : toujours seule.

Mais aujourd’hui cela ne serait pas le cas. Car si le terrain d’entraînement n’avait pas été réservé pour une équipe entière en particulier, cela n’empêchait pas les fous du balai d’en profiter, loin de là. Mais elle les ignorait, tous. Sauf un. Un lion, qu’elle découvrit encore au sol et ne semblant pas avoir l’envie de voler sur le moment – peut-être plus tard qui sait – mais surtout il s’agissait d’un lion qu’elle connaissait bien. Lionel. Tout était partit d’un duel de sorcier entre eux et aujourd’hui la sorcière ne se risquerait pas à mettre un nom sur la relation qu’ils entretenaient : trop compliqué et trop perturbant pour qu’elle daigne se donner cette peine. De toute manière quelle importance ? Pour l’heure un choix s’imposait à elle : faire comme si elle ne l’avait pas vu et poursuivre ses cabrioles aériennes pour le simple plaisir – un plaisir infini soit dit en passant – ou bien descendre, quitter le ciel pour retrouver la terre et le Gryffondor au passage. L’hésitation ne dura qu’une poignée de secondes : elle était déjà en train de fuser vers le sol pour le rejoindre. S’arrêtant pile à côté de lui, Elyrian descendit alors tranquillement de son balai, le gardant à la main tandis qu’elle vrillait désormais son regard d’émeraude dans celui de son compagnon. Sourire. Mince, presque imperceptible, mais sourire quand même. Elle aimait bien le voir.

« Alors quoi, tu me mates quand je vole maintenant ? C’est bon à savoir, à l’avenir je pourrais peut être te déconcentrer. »

La bonne blague. Déjà elle ne perdrait pas son temps à s’abaisser à ce genre de choses durant un match, deuxièmement elle doutait fortement que le lion s’y laisse prendre, il était trop envieux de faire gagner sa maison, comme elle. Mais la moquerie était là, comme à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche presque. Peu de temps après leur première rencontre, Elyrian avait enfin comprit qu’elle avait déjà vu le jeune homme sur le terrain – oui elle est longue à la détente mais on s’en fout – et en avait souri. Ils se ressemblaient déjà sur de nombreux points, et elle leur avait trouvé par la suite une passion commune. Quoi qu’il en soit, une fois les salutations ainsi formulées, la rouquine décida de s’asseoir dans l’herbe, déposant son balai à côté d’elle avant de se pencher doucement en arrière, levant les yeux vers le ciel. Il faisait bon, et ça faisait franchement du bien.
codage par Junnie sur apple-spring

_________________