AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  ... Oh great ϟ Moe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: ... Oh great ϟ Moe   Lun 9 Juin - 0:34

Kamui Hasegawa a écrit:

FEAT. Toya Moe
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

Depuis quelque temps, Eldorado manquait d'initiatives - sans doute dû au fait qu'il n'y ait pas encore de chef à l'heure actuelle - ce qui fait que le gang est actuellement sous la défensive et ce n'est pas réellement une situation rêvée lorsqu'on est en guerre. Le recrutement se passe bien, les nouveaux ont certains potentiels expoitables, le compte du gang n'est pas encore à sec - mais ce n'est pas une raison pour se reposer, mais ce qui manque réellement ; ce sont les informations sur ceux qui nous offrent ces magnifiques occasions de nous arracher mutuellement la gueule ; les entreprises. Entre Paris Avenue, Color Street et Motors district, le choix fut rapide, au niveau de la sécurité et aussi de connaissance des lieux.
Surtout pour la sécurité.

Il est déjà venu ici, une fois et son regard s'est posé sur ce qui lui a semblé être une ouverture pour les conduits d'aérations, même s'il a longuement hésité, à cause de l'odeur insupportable de cet endroit, le voilà à présent confiné dans un espace affreusement étroit pour quelqu'un comme lui. Heureusement qu'il a veillé à prendre un masque pour ne pas annihiler quoique ce soit à l'intérieur de ce conduit.
Il serait mort, sinon.
« P'tain, pourquoi j'suis pas nyctalope. » Plus il avance, plus il fait sombre, mais heureusement qu'il n'est pas claustrophobe et pourquoi ne pas avoir pris de lampe de poche ? C'est Dris qui fait ce genre de bourde, d'habitude. « J'vais le déglinguer une fois rentré, putain de Yamazaki. »
Oui non, Taiga n'a rien fait - comme depuis quelques temps, en fait - mais il lui faut un coupable pour s'être retrouvé dans une situation aussi à chier. Il ne peut pas s'accuser lui-même - enfin, si, mais il n'en a pas envie, c'est là le soucis. Au pire, il aurait pu demander à Setsuna ? Non, si c'est pour qu'elle panique et qu'elle gèle le bâtiment, vaut mieux pas. Saaya ? Encore moins, cette fille a besoin de temps pour se remettre d'une certaine passade ... Quoique, ça aurait pu l'aider à penser à autre chose.
« C'truc ressemble à une muselière ... » Même si c'est pas de la haute qualité, ce masque lui donne la sensation d'avoir la gueule muselée ... Ne surtout pas penser aux blagues morbides d'autrui. « J'suis arrivé ? »
De la lumière enfin.
S'en approchant pour avoir au moins une idée d'où il se trouve actuellement, il n'a pas fait attention à un détail qui aurait pu lui épargner un quelconque soucis ; une visse qui est sortie de la structure et contre laquelle son pantalon se retrouve accroché. C'bien ma veine, bordel. Ni plus, ni moins, il tente de se dégager, mais avec l'espace actuelle, c'est comme bouger dans une cage. Mine de rien, c'est assez frustrant.

Il bouge sa jambe, de plus en plus violemment, au point d'oublier la discrétion et de percuter les parois métalliques. Se faire attraper ? Tant pis, quand il est en mode agacé, le reste n'a plus aucune importance. Mais lâ-che-moi. Encore un coup, encore un, encore un ... Un bruit inquiétant, la sensation de basculer en avant et une chute d'environs deux mètres de haut pour embrasser violemment le carrelage.
Très violemment.
« F'chier bordel ! »Le masque fut rapidement expulsé de son nez pour vérifier qu'il n'est pas fracturé ou pire ; qu'il ne saigne pas. « Rha merde ... »
C'est qu'une coupure, ce n'est pas grand chose, mais ça reste tout de même emmerdant.
« J'suis l── ... »Des portes, un carrelage, des miroirs ... Super, le voilà dans les toilettes. Un p'tit coup d'oeil derrière lui et c'est maintenant qu'il se rends compte de la présence de quelqu'un d'autre. Quelqu'un d'autre. « ... N'appelez pas la sécurité, s'il vous plaît ... »
Oui bonjour je suis un voleur qui s'infiltre et qui vous demande poliment de le laisser filer.
Cordialement.

I haven't seen anything

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Lun 9 Juin - 0:34

Moe Toya a écrit:
.

...Oh great

Treize heures trente et quelques poussières, sans importance.
Repoussant ton siège confortable d'un geste leste, tu laisses échapper un soupire contrit. Tu viens d'arriver à bous d'une demi-journée de travail. D'un vendredi particulièrement ardu. Les vendredis ont toujours été source d'emmerde, depuis ton affectation chez MD. C'était exactement le jour où les ventes connaissaient un pique d'influence record. Tout ça parce que quelques petits fils à papa pleins aux as ne trouvaient rien de mieux à faire que de s'y prendre à la dernière minute pour louer un véhicule pour le week-end suivant. Bien que tu fus gratifiée de la chance de voir quelques visages connus - ceux qui attachent une réelle importance à choisir eux même leur prochaine acquisition - du commun des mortels passer le pas de ton lieu de travail, la majorité du temps tu n'avais à faire qu'à des secrétaires ou des envoyés, moindres, pour les tâches ingrates. Et qui dit secrétaire ou tierce, dit aussi conflits et mauvaises interprétations. De quoi faire durer une transaction le double des timings habituels. Mais, comme le veux le dicton, le temps c'est de l'argent.

Retournant la pancarte open/closed du versant rouge carmin, tu te permis enfin de lâcher la bride, tes épaules tombants et ton dos s'arquant par la fatigue. C'était la pause déjeuner. Aujourd'hui, tu devras te contenter de picorer un sandwich bon marcher dans la salle de détente réservée aux employés. Avec l'épidémie de grippe qui sévissait, trois de tes collèges s'étaient retrouvés obliger de poser leurs congés maladie ce matin même. En un mot, pas de quoi enjoliver ton vendredi. Tant pis. De ton allure inquisitrice, perchée sur tes talons aiguilles de douze centimètres, tu te dirigeais doucement vers la salle de repos lorsqu'un bruissement étrange te fais relever le nez. L'oreille aiguisée à l'affût, tu te laisses guider vers les WC réservés au personnel. Il te faut peu de temps pour comprendre que tout ce raffut provient en réalité d'un point inconnu au dessus de ta tête. Un frisson te parcourt. Une petite voix semble te chuchoter de rester sur tes gardes, alors qu'un « danger » clignotant s'impose dans ton esprit angoissé. Tu n'as jamais été ce que l'on peux nommer de téméraire. Alors quelle ne fut pas ton horreur lorsque, brusquement, une masse imposante et informe traversa le faux plafond en un bruit sourd, saccageant tout sur son passage. Sursautant du haut de tes échasses, celles-ci crissant sur le revêtant de sol, tu ravales maladroitement un cri apeuré. Tu sais que tu ne peux plus esquisser le moindre geste, tétanisée par une terreur sans nom. Un juron traverse ton esprit face à cette boutique vide de tout quelconque collège et face à cette énergumène que tu reconnais comme étant un être humain. Un homme, même, à qui te ne donnes même pas trente ans.

L'angoisse passée, tes dents grincèrent entre elles alors que ton cerveau se met subitement en ébullition pour trouver une solution. Pourtant l'inimaginable te taraude encore suffisamment pour que tu ne songes pas à te payer un sprint jusqu'à la sortie de secours que tu sais au fond du couloir central, à droite. Même pas cinquante mètres. Mais ce n'est pas tous les jours qu'un homme perfore le plafond de votre boulot pour venir vous passer le bonjour. Réfléchissant à cent à l'heure, tu prends tout le plaisir de relooker le parasite sous tous les angles. Il te semble fortement qu'il se parle à lui même - pas de quoi te rassurer des masses. Tes yeux l'étudiant toujours, tu remarques que son regard dévie lentement vers toi. Oh, il ne t'avais surement même pas encore remarquée. Et une nouvelle occasion d'éviter les emmerdes de raté. Ton sourcil droit se hausse avec menace et méfiance ; vient-il réellement de te supplier de ne pas lui faire le coup de la gonzesse apeurée ? C'est une caméra cachée, c'est ça ? Pourtant, ça n'étais pas passé loin... Claquant ta langue contre ton palais en signe d'irritation, tu puises le peu de self-contrôl et de courage qu'il peux bien te rester pour le toiser avec virulence :
« Bien-sûr, oui... Doucement, tu te penches sur lui, cherchant ses prunelles des tiennes. Quelques mèches dorées et lisses dévalent tes frêles épaules pour se suspendre entre vous. Je vous laisse cinq minutes pour m'expliquer ce que vous putain de foutez dans les chiottes pour le personnel. Voir mieux, pour m'expliquer ce que vous faisiez dans les réseaux d'aération du bâtiment central de Motors District. Cinq minutes, et sachez que je suis plutôt du genre pointilleuse ; ne déconnez pas. »
Croisant les bras sur ta poitrine plantureuse, tu fais ton possible pour garder contenance. Le souvenir de ton portable qui est resté dans ton sac à main, sur ton bureau, te saute douloureusement aux yeux.

Et merde.

.

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Lun 9 Juin - 0:35

Kamui Hasegawa a écrit:

FEAT. Toya Moe
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING


Plan B ?
Ou un plan de secours au où si une telle situation devait se produire, parce que oui, il fallait prévoir la possibilité de se casser lamentablement la tronche dans les chiottes du personnel pour se retrouver justement nez à nez avec une employée du bâtiment. Lui qui n'est pas un voleur expert - d'ailleurs, il aurait vraiment dû filer ce boulot à quelqu'un d'autre - prévoir ça aurait dû être un automatisme pour lui. Mais malheureusement et bien évidemment, aucune idée ne lui vient en tête, là, tout de suite, maintenant. L'idée même de se retrouver en prison ne l'effraie assurément pas ? Qui sait, les conséquences de ses actes et de ses choix sont vaguement une priorité, chez quelqu'un comme lui.
« Bien-sûr, oui.. »Vraiment ?! « Je vous laisse cinq minutes pour m'expliquer ce que vous putain de foutez dans les chiottes pour le personnel. Voir mieux, pour m'expliquer ce que vous faisiez dans les réseaux d'aération du bâtiment central de Motors District. » ... Hein ? Quoi ? Expliquer ? Comment expliquer ça, sérieux. « Cinq minutes, et sachez que je suis plutôt du genre pointilleuse ; ne déconnez pas. »
... Elle a quoi avec cinq minutes.
Le problème n'est pas là, c'est le fait qu'elle tient la situation entre ses mains et que tout dépends de la crédibilité de l'explication qu'il va balancer, mais quelle explication ? Comment sortir une excuse qui peut justifier sa présence dans SES PUTAINS de bouches d'aérations ? Au pire, autant la dévorer et laisser un cadavre ici ? Non, le faire volontairement n'est pas dans ses cordes ... Ni involontairement, maintenant qu'il y pense.
Putain.

Puis non, elle est blonde. Bon peut-être une fausse blonde, les bridées ne sont pas connues pour avoir les cheveux clairs - c'est le mec métisse aux yeux bleus qui parle ah ah- ahem. Faire semblant de se concentrer sur le trou qui se trouve à sa hanche gauche, sur son pantalon - agréable résultat de son accrochage avec une visse, super. Rha, ça lui fait juste gagner quelques secondes - tout au plus. Trouver une excuse, trouver une excuse ...
Tant pis.
« Veuillez accepter mes excuses ! » Au Japon, pour accentuer ses excuses, on s'incline en signe de respect, excuses en plus du respect, ça le fait. « La maintenance m'a demandé d'aller vérifier la provenance d'une odeur nauséabonde qui se diffusait par les tuyaux d'aérations. »
Ce qui explique la présence du masque - dévoilé juste sous les yeux verdâtres de la demoiselle -  et son état plus que pitoyable après avoir passé une bonne quarantaine de minutes. D'un côté, c'est crédible, même s'il n'est pas réellement habillé comme un homme d'entretient - quoique, il porte pratiquement que du noir, ça doit le faire. De toute façon, ce n'est pas réellement évidente de deviner qu'il est un membre d'eldorado qui cherche des informatio-
Ahem.
« Mais j'ai manqué de prudence, une visse m'a agrippé le pantalon et ... Voilà le résultat. »Maintenant on peut voir un bout de son boxer Batman, super. « Je suis vraiment désolé.»
Merci seigneur, aucun membre d'Eldorado n'est là pour l'entendre dire ça pour couvrir sa connerie. Encore une personne qu'il va devoir éviter à vie, histoire de préserver le peu de dignité qui lui reste.
« Je vais vous lais── »Une goutte, puis une autre et encore une autre. La coupure sur son nez n'a pas l'air de vouloir arrêter de saigner. « Arf merde, c'bien ma veine... »
On dirait que dieu souhaite le punir pour avoir menti. Mais ce n'est pas comme si qu'il l'avait fait par plaisir ... Ca n'explique pas le pourquoi de sa demande ; n'appelez pas la sécurité.
Abruti.

I haven't seen anything

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Lun 9 Juin - 0:35

Moe Toya a écrit:
.

...Oh great

Tu le regardes, imperturbable. Bien sur que son histoire de merde ne tient pas debout l'ombre d'une seconde, mais, en l’occurrence, ça a le mérite d'égayer un peu ta journée. Alors à quoi bon jouer les lions féroces ? Il n'est même pas bon acteur. Resserrant l'emprise de tes bras autour de ta poitrine plantureuse, tu te demandes un instant si l'énergumène ne te prend pas définitivement pour une conne, à se confondre ainsi en excuses et surtout à faire mine de mettre les voiles. Une douleur irritante et que tu ne connais que trop bien, vint déchirer ton front au niveau du sourcil gauche. C'était ça de rester le sourcil haussé par l'incrédulité. Pourtant, tu ne peux te résoudre à le faire regagner sa position initiale et naturelle. Tu te retins même de l'élever un peu plus haut à la vue de son caleçon. Pas que tu sois fâchée avec Batman, c'était plus le comique d'un tel détail qui te fis ravaler douloureusement un rire désabusé. Tu mettrais ta main à couper que ce mec là n'était pas des plus futés. Aussi, t'essayas-tu à une approche pour le moins inattendue :
« OK, toi et moi, on va passer un marché. Tu me suis bien gentiment et tu me tiens compagnie le temps du déjeuner - tu me dois bien ça. En contrepartie, je me charge de te soigner ton joli minois, et je veux bien t'accorder une heure supplémentaire avant d’appeler la sécurité. Il va bien falloir que j'explique tout ce capharnaüm. Hormis si monsieur sait jouer du tournevis, bien que j'en doute franchement... Sans vouloir te manquer de respect, bien entendu. »
Esquissant un sourire joueur, tu le presses brutalement d'un « alors » mielleux comme tu t'en connaissais que peu.

Mais finalement, qu'avait-il à perdre ?

.

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Lun 9 Juin - 0:35

Kamui Hasegawa a écrit:

FEAT. Toya Moe
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

La situation actuelle ne l'aidait en aucun cas à garder une crédibilité solide pour pouvoir partir d'ici sans créer le moindre raffut, ce n'est assurément pas une position dominante pour pouvoir s'échapper sans la moindre emmerde. Se faire embarquer chez les flics et ensuite se retrouver derrière les barreaux pour chaque infractions qu'il a commis depuis qu'il a emménagé dans ce coin pourri, pire encore depuis qu'il a rejoins Eldorado, il va prendre pour cinq ans ou dix ans. C'est combien déjà pour le vol de véhicules ? Il doit reprendre son calme et surtout éviter d'envisager le pire, rien ne dit qu'elle va hurler comme une demoiselle détresse s'il ose bouger ne serait-ce qu'un pouce.
Quelle sensation étrange.

Plus son calme revient et plus il commence à mieux discerner la situation actuelle. Une jeune femme, blonde - mais le fait qu'elle soit bridée lui enlève la possibilité que ce soit sa couleur de naissance - qui fait environs deux têtes de moins que lui, vêtue d'une tenue plutôt adéquate pour rester derrière un bureau, clairement pas le genre de personnes qui est capable de se salir les mains, sauf si son supérieur lui en donne l'ordre. Et il doit craindre une personne comme elle ? Un coup de crocs dans la gorge et on en parle plus, surtout qu'elle doit manquer à pers─
N'y pense même pas.
« Tu me suis bien gentiment et tu me tiens compagnie le temps du déjeuner - tu me dois bien ça. »... Le ton employé et la façon dont cette phrase fut formulée l'a tout de suite irrité. De manière affreusement visible, rien qu'à voir son expression actuelle.« Sans vouloir te manquer de respect, bien entendu. »
...
Bien sûr, il ne doit pas s'attendre à un quelconque respect après sa performance morbide d'il y a cinq minutes, mais de là à ce qu'on lui parle de cette façon - surtout pour un truc pareil, quand même - venant de la part d'une femme dont il est sûr de parier qu'elle est du genre à accumuler une frustration dû à son boulot qui doit clairement manquer d'intérêts - oui dans sa tête rester enfermer dans un immeuble et derrière un pc, ce n'est pas intéressant. Il  bien voulu être sympa, lui laisser prendre de la marge, mais là ... Ça n'ira pas loin.

En attendant de pouvoir donner une réponse, son regard s'est dirigé vers le miroir des toilettes. C'est vrai que, bien que petite, cette plaie est tout de même moche, mais ce n'est pas ça qui va le tuer. Après s'être rapproché du lavabo pour se laver les mains - l'hygiène est importante, peu importe la situation -, il fixe la jeune femme à travers la glace, apparemment elle semble sérieuse. Dommage.
« Ton boulot doit être terriblement emmerdant ou ta vie affreusement chiante, pour que tu demandes ça. » Sa voix est calme, elle ne tremble pas, elle ne faiblit pas et elle ne faiblira plus. Pas devant quelqu'un comme elle, en tout cas. « T'aurais pu demander de voler un objet pour toi ou tuer une personne qui t'pourri l'existence, au lieu de ça, tu veux que je ... Te tiennes compagnie. »
L'eau a cessé de couler et ses mains sont enfin lavées, son fessier est à présent appuyé sur le lavabo sans avoir quitté son interlocutrice des yeux, pour qu'elle constate que ce n'est pas un simple cabot qui se trouve en face de sa personne. Oui, le mot cabot fut bien mentionné, parce que c'est ce qu'elle souhaite, non ? Un chien, un animal de compagnie pour égayer son heure de repas. C'est tout de même ironique de demander ça à un total étranger, sans savoir ce qu'il est, ce qu'il fait ou autre ... Son insouciance lui donne l'envie de l'étriper, mais ça l'a obligé à se réveiller.
« Bien, j'aurais pas dû te prendre pour une conne, pardon, même si je pense que tu en as strictement rien à foutre. »Non, pas de courbettes, cette fois-ci, le mot en lui-même reste suffisant. Désormais en face d'elle pour ensuite croisé ses bras, appuyé contre le rebord, monsieur prend bien ses aises. « T'as de la chance, t'es mignonne, je veux bien rester avec toi.»
Elle a aussi du cran de demander ça à une personne qu'elle ne connait ni d’Adam, ni d’Ève. C'est louable, un peu stupide puisqu'il s'agit de lui, mais ça reste tout de même un acte courageux, peu importe les motivations qui sont derrières. Tiens, peut-être a-t-elle pensé qu'elle était la dominante ? Ça serait marrant. Cette simple pensée à réussir à le faire soupirer, puis à le faire sourire.
« Mis à part qu'il va me falloir un pantalon de rechange, je ne tiens pas à me balader en boxer devant les employés cette boîte. »Sourcils froncés, l'air bien embêté par ce simple détail, bien plus que son nez qui continue de couler et de salir le carrelage. « Sauf si tu veux passer ta pause casse-croûte ici ? Dans ce cas, je risque d'avoir des idées mal placées. »
Sans tact, sans grâce, comme à son habitude. C'est vrai que les fantasmes des employés sont souvent tournés dans ce genre d'endroits. Mais bon, ça reste une phrase taquine parmi tant d'autres.
I haven't seen anything

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Lun 9 Juin - 0:36

Moe Toya a écrit:
.

...Oh great

Esquissant un sourire narquois tu pris le temps de faussement sauter de joie lorsqu'il te donna son approbation pour te tenir compagnie. Bah, c'est que ça avait l'air de clairement le faire chier, bien qu'il ne soit largement pas perdant, mais soit. L'important était que la situation ne dégénérerait pas et surtout que tu puisses pleinement profiter de ta pause déjeuner en bonne compagnie - tout du moins en solitaire. Tu ne pu te démordre de ton sourire, un poil mesquin. Il te semblait qu'il venait de changer d'air, du tout au tout. Lunatique, peut-être ? Bah, ça ne s'en montrait que plus intéressant, voilà tout. Avec patience, tu attendis qu'il veuille bien mettre un terme à son monologue pour en placer une.
« Bien. »
D'un geste désinvolte tu haussas les épaules avant de détourner les talons. Puis, brusquement, une idée peu judicieuse - mais amusante tout de même - te traversa l'esprit et te fis faire marche arrière. L'approchant dangereusement, ta mimique muant en une esquisse mutine, tu te mis à sa hauteur avant de te pencher sur lui, effleurant sa joue de ton souffle chaud.
« Ne joue pas trop au malin avec moi, chéri, la Cyprine ça me connait. Et il paraîtrait que les petites réceptionnistes dans mon genre, en plus d'avoir un quotidien rasoir, sont aussi réputées pour être les plus perverses dans leur
genre... »
Tu pouffas un instant, avant de te détourner pour de bon tout en ignorant l'accélération qu'avait prit ton pouls. Ne pas trop taquiner le Lion qui dort, non non. T'éloignant vers la droite, tu tiras un large mètre de papier de la machine en libre service pour s'essuyer les mains, avant de le lui tendre, désignant son nez d'un geste circulaire.
« Si monsieur voulait bien se nettoyer un peu, pour éviter de tout saloper, ce serait fort aimable de sa part... »
Levant un index inquisiteur vers le plafond, signe que tu avais une idée à partager, tu laissas un sourire narquois fleurir sur tes lèvres avant de déshabiller l'importun d'un regard appuyé.
« Au fait, si l’exhibitionnisme est ton trip, tu peux bien te foutre en caleçon, à pareille heure, il n'y a que moi, ici, pour admirer le fantasme sur patte que tu peux bien être. »
Était-ce vraiment raisonnable de lui avouer qu'il n'y avait pas âme qui vive ? Surement pas. Mais ce qui était fait n'était plus à faire. Puis tu te voyais mal déguster ton déjeuner dans les chiottes, personnellement. Aussi n'attendis tu pas un bristol avant de passer le pas de la porte en direction de la salle de repos pour les employés. Après une brève hésitation, tu entrepris de trifouiller dans les casiers de tes collègues. Avec un peu de change tu pourrais bien lui dégoter un pantalon digne de ce nom... Puis malgré les plaintes répétées de certains petits rigolos, les casiers n'étaient pas encore pourvsu de sécurités.
Sans même vérifier si monsieur s'était donné la peine de te suivre, tu repris la parole d'un ton léger :
« Tu peux m’appeler Moe. Je ne mords pas. »
D'un geste vif, tu lanças un pantalon ample de costume noir que tu venais de dégoter, sur la table circulaire trônant au beau milieu de la salle.
« Essayes le, il y a des chances pour que ça t'aille pas trop mal... »
Refermant le casier dépouillé, tu t'intéressas au contenu du frigo marquant un angle de la pièce, en sortant de quoi faire des sandwichs ainsi que deux bières fraîches.
« Tu peux foutre ton machin en lambeau à la poubelle, je dirais à la sécurité que t'as piqué dans les casiers avant de déguerpir. »
En voilà, une bonne idée. De quoi faire plaisir à tous ceux qui réclamaient des casiers avec cadenas... D'un geste leste, tu remis une mèche derrière ton oreille, avant d'aller piocher quelques compresses ainsi qu'un kit de soin dans une étagère un peu plus loin.
« Fais comme chez toi, surtout. »
Lui dis-tu, tout sourire. Ce déjeuner s'annonçait fort distrayant, puis tu avais bien encore une demi-heure devant toi. C'était largement suffisant pour faire connaissance dans les grandes lignes. Et pour égayer ta journée, aussi.

(HRP; désolée pour le retard ! J'ai tardé et finalement les révisions me tombent sur le coin du nez. D8)

.

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Mer 11 Juin - 15:10

Kamui Hasegawa a écrit:

FEAT. Toya Moe
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

« Ne joue pas trop au malin avec moi, chéri, la Cyprine ça me connait. » Et t'en es fière ? Bravo à toi. « Et il paraîtrait que les petites réceptionnistes dans mon genre, en plus d'avoir un quotidien rasoir, sont aussi réputées pour être les plus perverses dans leur genre... »
Dieu est témoin de sa grande capacité à faire preuve de clémence envers les gens comme elle. Bien qu'une démangeaison soudaine fut ressenti à ses mains, il n'a pas cédé à l'envie de la tuer par strangulation. Ca aurait été rapide et efficace, le corps aurait pu être jeté dans une de ces cabines le temps qu'il fouille les dossiers de cette garce pour mieux s'enfuir ensuite. Ni vu, ni connu, comme on dit. Mais rien que le fait de laisser un cadavre derrière lui risque d'attiser l'envie de certaines personnes à le retrouver. Si c'est une femme facile, alors elle doit avoir des relations approfondies avec certaines personnes, par conséquent ... Elle est plus utile vivante que morte. En espérant seulement ne pas se tromper en pensant ainsi.
Pour elle, du moins.

Elle lui donne des directives et autres marches à suivre. Si elle veut, ce n'est pas comme si qu'il allait se vexer pour la bêtise humaine. Au moins, il a vite remarqué elle semble se relâcher à présent - alors qu'il y a même pas cinq minutes de ça, ses jambes ont dévoilés sa crainte d'être en face d'un psychopathe. Comme quoi, le fait de laisser croire à un humain qu'il possède le pouvoir peut facilement le leurrer, au point de pouvoir mieux le baiser par la suite.
Jamais de la vie.
« T Au fait, si l’exhibitionnisme est ton trip, tu peux bien te foutre en caleçon, à pareille heure, il n'y a que moi, ici. » ... Putain quoi. « [...] pour admirer le fantasme sur patte que tu peux bien être. »
Ce dernier mot le crispe au point que son cerveau - d'habitude imaginatif - ne souhaite pas avoir l'image de cette fausse blonde en train de le reluquer. Pour les animaux, le sexe sert à la reproduction, pour les humains, ça sert à l'union. Mais pour d'autres ... On peut les appeler les bonobos. Après, elle fait ce qu'elle veut de ses fesses, tant qu'elle ne le touche pas.

Pendant qu'il était en train d'imaginer une sortie de secours au cas où si cette étrangère - ah tiens non - cette Moe décide soudainement de retourner sa veste et d'appeler la sécurité, le voilà avec un pantalon sur la tête. Ah ? Elle a écouté ce qu'il a dit ? Au vu de son caractère, autant croire que les mots rentrent dans une oreille et en sortent par une autre.

Il lâche un merci avant de saisir l'occasion où elle aura le dos tourné pour se changer. Bon, ça flotte un peu, mais au moins c'est l'idéal pour agir librement, sans la contrainte de son défunt jean. Pliant et dépliant ses genoux pour en avoir la certitude, la phrase : fait comme chez toi eu le don de l'inciter à se mettre torse-nu. De toute façon, elle a bien demandé à ne rien saloper, n'est-ce pas ? Le vêtement est sale donc ...
Non, il ne s'exhibe pas.
« T'es mignonne de me dire ça. »Ses pas vont en direction de la fenêtre, scrutant le moindre recoin de la pièce pour vérifier s'il n'y avait pas de caméras. « Mais je suis prudent, vois-tu. »
Pour ne pas dire parano, cela reste néanmoins légitime, surtout dans une telle situation. Si son visage est découvert, alors il serait un peu, beaucoup, dans la merde. Et en effet, une entreprise telle que MD ne peut pas se permettre de ne pas placer au moins une caméra dans chaque pièces.

Dès que l'appareil fut détecté, il utilisa son t-shirt sale pour le couvrir. Là, il peut à présent être plus tranquille et se sentir moins observé.
« Maintenant, je peux faire comme chez moi. » Il ouvre la fenêtre et vérifie la hauteur, va-t-il pouvoir s'échapper en sautant ? S'il arrive à se transformer et à ralentir sa chute grâce au mur. « ... Fait chier, c'est sec.»
Il parle bien sûr de cette plaie qui se trouve sur son nez. Il doit vraiment ne plus ressembler à grand chose avec quelques gouttes de sang séchés sur le visage. Est-ce qu'il en a aussi foutu par terre ? Apparemment non, laisser la moindre trace de son passage ici n'est pas réellement une option.

Mais tant qu'il est là et que toutes les cartes sont foutues sur la table, autant demander cash le pourquoi de sa présence ici.
« T'as sans doute compris que j'suis pas ici en pensant entrer au club med. » Se rapprochant d'elle tout en continuant de regarder les alentours, histoire de voir si rien ne lui échappe. « Je suis venu pour savoir si ton entreprise dépense gros pour les combats de gangs. » Tourner autour du pot n'est pas vraiment quelque chose qui soit dans ses cordes, la comédie n'aurait pas duré bien longtemps.« Tu peux me dire ça ou je dois fouiller tout seul ? »
Il ne se présente pas, s'exprime de manière nonchalante, brusque légèrement - beaucoup ?- les choses et se mets torse nu dans un lieu de travail. En effet, c'est un sauvage.
I haven't seen anything

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Mer 11 Juin - 15:11

Moe Toya a écrit:
.

...oh great

Tes iris émeraudes remarquèrent les pans de tissus sales pendants sur une forme que tu reconnus comme étant un dispositif de sécurité. Tu n'y avais même pas songé. Un claquement de langue, irritée, t'échappa. Par déduction, et aussi pour vérifier si ton acolyte s'était vraiment désapé, tu retournas ton attention vers lui. Il te fallut une demi-seconde à peine pour comprendre qu'il s'approchait d'une façon qui ne te disait rien qui vaille. Comptait-il t'acculer ? T'intimider pour mieux te soutirer tout quelconque renseignement ? Ses dires te donnèrent raisons. Tu l'écoutais donc, crispant tes mains contre le rebord de la table tout en le détaillant d'une œillade inquisitrice. Pas trop mal foutu pour un gosse. Un sourire mauvais vint meurtrir ton joli visage. Tu levas théâtralement les mains en l'air, haussant les épaules.
« Fouilles donc. »
Tu montrais les dents. Que comptait-il donc trouver dans la salle de détente d'une putain de boutique de bagnole ? N'avait-il donc prêté aucune attention à ce que tu avais pris soin à lui expliquer ? Bien-sur qu'il était au club med. C'était pas le troisième étage dédié aux recherches ultras secrètes, ici. Il pensait quoi ? Que les grands généraux t'ordonnaient de mettre sous clef et de cacher des documents de grand envergure dans ton petit rez-de-chaussé que tu imaginais comme étant l'endroit le moins sécurisé de tout le bâtiment ? Fallait pas déconner. T'étais réceptionniste d’accueil pour la boutique de la filière motorisation ; pas un agent double, secret, ou n'importe quelle autre merde dont tu n'imaginais même pas l'existence tant cela te dépassait.
Ton timbre emprunt de douceur et de calme suait l'ironie à plein nez.
« Vas-y, fouilles. Je ne serais pas plus complice que je ne le suis déjà. Je t'apportes des soins, de quoi te remettre sur pieds, et mon rôle s'arrête là. Ça s’appelle de 'l'assistance à personne en danger', OK ? Bien qu'en vue de ta musculature, je doute que tu ais réellement besoin de cette dite 'assistance'. T'as pas du morfler tant que ça... »
Ton sourire étalant ta dentition parfaitement blanche s'accentua.
« Pour tes petites magouilles de merde, vas donc te dégoter quelqu'un de plus apte à jouer les enculés de service. J'ai un poste à préserver, vois-tu ? Et aussi stupide que ça puisse te paraître, je ne compte pas nuire à l'entreprise qui me permet d'avoir un toit et de quoi vivre dans la vie. Tu piges ? »
En d'autres mots, tu venais de lui cracher un fabuleux « démerdes toi » à la gueule. Mais ne l'avait-il pas cherché ? Si, bien sur que si. Tout était de sa faute, pas de la tienne. Tu n'avais pas demandée à vivre cet enfer au beau milieu de ton heure de déjeuner... Très doucement, avec une lenteur prémédité, l'une de tes mains vint épouser son épaule nue et musclée. Tu te penchas alors vers lui, de sorte à lui souffler quelques mots à l'oreille.
« Oses lever la main sur moi, allez, vas-y, qu'est-ce-que t'attends ? On sais tous les deux que tu n'attends que ça. Mais moi, tu vois, à ta place, j'éviterais de retourner les rôles. Parce que la personne aillant besoin d'assistance pourrais bien être moi, si tu le souhaites. Et si ça arrive, crois moi bien que je ne me gênerais pas pour faire rappliquer la sécurité... »
Un picotement familier vint électriser les extrémités de tes doigts. Comme pour te rassurer sur le fait de ne pas être seule et sans défense, tu lâchas imperceptiblement la bride à ton don. Juste de quoi te persuader qu'il était bien là et qu'il te répondrais en cas de besoin. Pas besoin d’agresser un homme pour quelques jeux d'intimidation. Ta paume délicate se serra un peu plus contre l'épiderme doux saignant sa clavicule.
« Je pense que t'as pas pigé à qui t'avais à faire, mon chéri... Je me ferais un plaisir de rectifier cette méprise. »
Dommage que ça ait dû en arriver là. Mais tu mettais un point d'honneur à lui laisser l'intégralité des cartes en main. Il n'était pas encore trop tard pour décréter un cesser le feu et pour reprendre une conversation plus civilisée.

.

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Mer 11 Juin - 15:11

Kamui Hasegawa a écrit:

FEAT. Toya Moe
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

« Je t'apportes des soins, de quoi te remettre sur pieds, et mon rôle s'arrête là. Ça s’appelle de 'l'assistance à personne en danger', OK ? » ... Mais il n'est pas en danger. « Bien qu'en vue de ta musculature, je doute que tu ais réellement besoin de cette dite 'assistance'. T'as pas du morfler tant que ça... »
Cette sensation d'être reluquer est absolument déplaisante - pour quelqu'un comme lui. À peine a-t-il eu l'autorisation pour fouiller qu'il avait déjà un dossier d'ouvert entre les mains. Néanmoins, il ne s'attendait pas à se faire incendier - avec une ironie qu'il n'arrive pas à détecter - par ce petit bout de femme qui doit faire, au moins, deux têtes de moins que lui. Bien qu'il n'ait pas l'habitude qu'on lui adresse la parole ainsi - en général, c'est plus agressif - son visage ne tique pas, il ne réagit même pas... Il se demande seulement ce qu'il a bien pu dire pour mériter un tel discours sur la loyauté. Bah, maintenant on sait qu'elle n'est pas facile à amadouer.
Fair point.

Magouilles de merde ? Il demande seulement à savoir si l'entreprise mise gros sur Eldorado durant les combats, ce qui prouve - d'un côté - l'estime qu'a l'entreprise envers le gang et savoir lequel est le moins estimé.

Il ne demande pas le compte bancaire du pdg ou alors les dernières nouveautés en matière de technologie - non ça il s'en tape carrément - mais comme dit plus haut, au moins ça prouve qu'elle n'est pas du genre à retourner sa veste facilement et qu'elle sait réfléchir aux conséquences. Quoique, c'est un peu flagrant le fait qu'elle risque de perdre son emploie si elle fournie la moindre info.
M'fin, c'est logique.
« Oses lever la main sur moi, allez, vas-y, qu'est-ce-que t'attends ? » ... Joue pas à ça. T'es courageuse, c'est louable, mais on se crame à force de jouer avec le feu. « Et si ça arrive, crois moi bien que je ne me gênerais pas pour faire rappliquer la sécurité...»
Ca menace alors qu'elle vient justement de le mettre au défi de la toucher. Ca, c'est de la vraie ironie et une terrible bêtise. Bien que l'envie de lui trancher l'artère soit présente - et ô combien persistante - il a promis de ne plus faire de morts inutiles ou alors, de tuer sans préavis. Quand bien même si la personne ose user de la provocation pour pouvoir le faire succomber.

Ce qui le dérange réellement est sa proximité. Elle est obligée d'approcher pour vouloir dominer ? Elle est obligée d'être ainsi pour vouloir dominer ? Elle est obligée de vouloir dominer ? Ça lui rappelle Setsuna, d'un côté, cette facette qui veut toujours tout contrôler et se sentir bien dans sa peau. Mais le petit hic, le seul soucis, est que personne n'a ce qui faut pour dominer.
Personne.

Cependant, il n'a pas envie de salir cette journée, alors autant jouer la carte de l'honnêteté, non ?
« ... Hm. » Silencieux pendant que sa main se pose sur la chevelure - faussement - blonde de son interlocutrice. Un geste simple qu'il aime faire à autrui. « T'es vraiment mignonne.»
Puis, sans prévenir, sa poigne se resserre un peu - comme pour l'immobiliser - pour mieux plaquer son front contre le sien et réduire considérablement la distance qui se trouvait entre ces deux là - peut-on dire qu'il lui a donné un léger coup de tête ?
Bien fait.

Elle l'a voulu, elle l'a eu. Maintenant, qu'elle le regarde droit dans les yeux, lui et son expression sérieuse qu'il dévoile lorsque la situation commence à devenir insoutenable pour ses neurones. Sans parler du fait qu'il est un peu obligé de se pencher pour ça.
« Mais t'es obligée de faire la garce de service pour montrer que t'existe ? » Lâche-t-il sans tact et avec un ton aussi direct qu'agressif. « Les femmes veulent toujours de l'attention, c'est bien connu. »
Il la relâche, se redresse et  se dirige vers le siège du bureau de la demoiselle pour s'y installer et s'accouder dessus. On a déjà prévenu sur le fait que c'était le genre de jeune homme à agir de manière imprévisible ?
« J'ai dis que je restais, non ? Et t'as dis que j'ai qu'à faire comme chez moi, hein ? » Il la regarde du coin de l'oeil, affichant une mimique boudeuse pour avoir été froissé de la sorte. « Ah, au fait, tes lentilles vertes sont moches. Je préfère les femmes naturelles. »
Personne ne lui a enseigné le respect des aînés ? Impossible de dire que cette femme n'est pas plus âgée que lui - en même temps, elle bosse ici. Mais tant pis, n'est-ce pas ? Ne tente pas de chercher plus loin, Moe, ce jeune homme est juste un phénomène sur pattes.
« Dépêche-toi de manger, tu n'as pas toute l'heure devant. »
Conseil ? Ordre ?
Peu importe.

I haven't seen anything

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niwie en Or et Femme de BATMAN
Niwie en Or et Femme de BATMAN
avatar
Messages : 368
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   Mer 11 Juin - 16:50

Moe Toya a écrit:
.

...oh great

« T'es vraiment mignonne. »
Sa main plongée aux cœur des ta chevelure dorée te glaça le sang. Tout chez lui te révulse. Depuis combien d'année ne t'avais t-on plus qualifiée de « mignonne » ? Des années. Des putains de nombreuses années. Et lui se permettait de débarquer comme un cheveux sur la soupe, lui se permettait de foutre en l'air une journée de boulot, et pire que tout : se permettait de te prendre pour une pute. Parce que les faits étaient bien là. Après avoir jouer les gentils connard maladroit, il se la jouait vieux macho. Tes yeux s'écarquillent lorsque tu sens l'emprise de sa poigne sur tes cheveux s'affirmer. Ainsi tirée en arrière, ton visage n'eut d'autre choix que de se relever vers le sien. Tu te retins d'aller poser ta propre main sur la sienne. Il n'a pas besoin que tu lui gueule qu'il arrive à ses fins, qu'il te fait putain de mal. Tout, mais pas ça.
Ton regard rétracté par le scepticisme se plante dans le sien. Son calme affole tous tes sens à la fois. Comment peux t-il rester ainsi sans ciller ? Mais quel sale enfoiré. Naturellement, tes dents grincent d'irritation. Tu le fusille du regard, en vain. Était-ce sa façon de te signaler que tu n'étais pas de poids face à lui ? Tu n'en doutais plus. Le message était passé, merci.
Brusquement son visage s'avance vers le tien, ton pouls s'excite tout naturellement. Tu fermes alors les yeux, muée par l'appréhension. Pourtant, un léger choque au front te les fait rouvrir sur le champ. Une plainte étouffée t'échappe. Que vient-il de se passer ? Ton regard à nouveau planté dans le siens, la vérité vient te gifler. La chaleur de son propre front irradie contre le tien. Tu n'aimes pas ça. Alors pourquoi les contacts physiques arrivaient seulement lorsque tu n'en voulais pas, avec des mecs pour lesquels tu ne vouais qu'une attirance éphémère, bestiale et primaire ?
Soudain sa haute taille te saute aux yeux. Merde. La taille avait toujours été l'un de tes complexes. Ton regard descendant sur ses lèvres mobiles, tu l'écoute parler, un peu à l'ouest. Une phrase, cependant, te réveilles pire qu'un électrochoc.
« Les femmes veulent toujours de l'attention, c'est bien connu. »
Piquée au vif, tu répondis au tac au tac, avec toute la virulence dont tu étais dotée :
« A qui la faute ?! »
Tu te retins de lui cracher au visage. C'était toujours la même chose. A force d'être dans le métier, tu aurais dû t'y faire. Mais non. Le sexe faible, la femme. Tu n'aimais pas t'écorcher l'esprit à de pareils débats. Aussi préféras tu laisser couler sans rien ajouter. Te murer dans le mutisme. Oui. Te calmer avant tout. Ce n'était qu'un égocentrique de plus à ajouter à la liste.
Enfin, la tension de tes cheveux disparue. Tu ne pris pas conscience tout de suite de son départ vers le couloir, seule comptait cette nuque douloureuse. Ta main droite remontant masser la base de ton cou, tu étudias la pièce tout en essayant de récupérer une respiration à peu près normale. Malgré l'angoisse passée, tu sentais encore la morsure de l'irritation s'étendre en ton sein. Tes dents grincèrent, ta main gauche s'abattit sur la table, ton escarpin partit à la rencontre d'un casier ouvert. T'enrageais. Cela ne t'étais plus arrivée depuis des années ; vouloir tout foutre en l'air comme ça. Une flopée de jurons tous plus épicés les uns que les autres dépassèrent tes lèvres purpurines sans l'ombre de tact. Mais qui était là pour assister à la scène ? Personne, absolument personne. Personne, sauf ce petit enculé maintenant partit tu ne sais où. Ton esprit se recentra sur sa présence disparue. Et les caméras, connard ? D'un geste furieux, ton chignon sophistiqué fut réduit au néant. C'est bon, ça va passer, calmes toi.

Fermant les yeux, épuisée, tu soupire un grand coup. Ton self contrôle venait de voler en éclat, ce n'était pas non plus un drame. Tournant la tête vers le couloir, le regard aux aguets, tu le retrouves finalement dans ton bureau - confortablement installé dans ton siège. Ce dernier détail ne te fit ni chaud ni froid, trop exaspérée comme tu l'étais. Calant tes hanches contre l'embrasure de la porte ouverte, tu pris un soin particulier à en faire de même avec ta tête. Ton crâne te lancinait encore - plus à cause de ton excès de rage plutôt que pour le coup qu'il avait pu t'administrer. Les bras ballants, tu laissas ton regard dériver un instant vers les grandes baies vitrées. Il te restait tout au plus une vingtaine de minutes, avant la réouverture. Ses mots te refirent baisser les yeux vers lui. Tu l'écoutas attentivement dénigrer la jolie couleur émeraude de tes yeux. Puis, sans y réfléchir à deux fois, tu laissas ta répartis impulsive se charger du reste.
« Moches, hein... Un peu comme ta gueule, en fait. »
Tes iris vrillés sur lui, tu ressentis à nouveau la piqûre de l'irritation faire son chemin dans ton estomac.
« Dépêche-toi de manger, tu n'as pas toute l'heure devant. »
Tu haussas les épaules, indifférente.
« Merci bien, mais tu viens de me couper l'appétit. »
Un soupire lasse t'échappa. Tu avais conscience de rentrer allègrement dans son jeu. Mais que pouvais tu faire d'autre ?
« Écoutes, tu ne trouveras rien d'autre que des dossiers de mes clients, ici. »
Ta main gauche remonta jusque dans tes cheveux, les caressant avec cette douceur que ton acolyte n'avait pas eut le tact de t'offrir. Maigre réconfort.
« Tu voulais savoir quoi, déjà ? Si Motors District fou en l'air de grosses sommes pour des combats de rues ? Non, c'est pas ça... Des combats de gangs ?  »
Doucement, tu t'approchas pour aller t'installer sur le fauteuil en face de ton bureau. Le fauteuil normalement réservé aux clients, ou en du plus rares occasions réservées aux quelques collèges venant te tenir compagnie. Tu soupiras une nouvelle fois.
« Tu ne trouveras strictement rien sur le sujet, à cet étage. J'imagine qu'effectivement, l'entreprise doit avoir des fonds pour ce type de choses. Mais, si tu veux mon avis, toutes les entreprises mettent la main aux caisses pour les combats de gangs - désolée de te l'apprendre si c'est le cas. Alors, dis-moi, pourquoi t'acharner sur Motors District ? »
Et toi, pourquoi n'appelais-tu donc par cette putain de sécurité ? Pourquoi faire ? Pour foutre à la porte un gosse pré-pubère ? Qu'il se rende compte par lui même que ses recherches sont inutiles. Ton pessimisme te rattrapas au galop. Quelle perte de temps.
« Tu ferais mieux de filer, maintenant. »
Lâchas-tu, te relevant pour aller retourner la pancarte « fermé » sur la porte d'entrée. Ce soir, il te faudrait ranger tout le bazar de la sale de détente avant de rentrer. Sans compter l'affaire que tu devrais élucider avec la sécurité. Quelle plaie.

.

_________________
    « Elle resta jusqu'au soir perdue, dans une rêverie douloureuse »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ... Oh great ϟ Moe   

Revenir en haut Aller en bas
 

... Oh great ϟ Moe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» The Great Gatsby
» THE GREAT PERHAPS ☆ (un an, version dix)
» The Great Escape [Site]
» « If you stop seeing the world in terms of what you like and you dislike and saw things for what they truly are in themselves, you would find a great deal of peace in your life. »
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: GAMBLE & DECADENCE-
Sauter vers: